vendredi 9 février 2018

L'enfant perdue, Elena Ferrante

L'amie prodigieuse Tome IV

Gallimard

Trad. de l'italien par Elsa Damien



 Et voilà,  la série s'achève...
4 volumes, des centaines de pages pour cette belle histoire napolitaine... que l'on referme avec une certaine nostalgie.

Et pourtant j'avoue que les premiers chapitres de  ce dernier opus m'ont laissée sceptique...
J'ai eu beaucoup de mal à y entrer, le temps de me souvenir de qui était qui dans les personnages, qui était avec qui et faisait quoi, et puis ensuite... j'ai trouvé qu'il ne se passait pas grand chose pendant toute la première partie.
Quelques rebondissements certes, mais aussi beaucoup de pages concernant les atermoiements de l'héroïne qui m'ont un peu lassée.


Et puis, de nouveaux drames sont venus relancer mon attention, à partir du terrible tremblement de terre qui a frappé la ville de Naples, puis dans la vie des deux "amies" (rivales, manipulatrices plutôt que vraiment amies d'ailleurs même si elles se rapprochent parfois...) et j'ai retrouvé tout ce que j'apprécie dans cette série et en particulier l'évocation de cette Italie en pleine mutation ainsi que les réflexions autour de l'écriture ou de la place des femmes dans la société.

Finalement, je le referme donc avec un avis plus positif, mais je reste sur ce que je disais déjà à la fin du tome 3 : le 2 est mon préféré.


Mes autres lectures de l'auteure:




Et : 




Présentation de l'éditeur
À la fin de Celle qui fuit et celle qui reste, Lila montait son entreprise d’informatique avec Enzo, et Elena réalisait enfin son rêve : aimer Nino et être aimée de lui, quitte à abandonner son mari et à mettre en danger sa carrière d’écrivain. Car elle s’affirme comme une auteure importante et l’écriture l’occupe de plus en plus, au détriment de l’éducation de ses deux filles, Dede et Elsa.
L’histoire d’Elena et de Nino est passionnelle, et bientôt Elena vit au gré de ses escapades pour retrouver son amant. Lors d’une visite à Naples, elle apprend que Lila cherche à la voir à tout prix.
Après avoir embrassé soixante ans d’histoire des deux femmes, de Naples et de toute l’Italie, la saga se conclut en apothéose. Plus que jamais, dans L’enfant perdue, Elena Ferrante nous livre un monde complet, riche et bouillonnant, à la façon des grands romanciers du XIXe siècle, un monde qu’on n’oublie pas.

Une double participation


challenge1

et au challenge Italie il viaggio
La giostra degli scambi

6 commentaires:

  1. Je ne lis pas ton billet car je ne veux pas savoir ce qui se passe dans ce tome 4! Merci de ta participation :)

    RépondreSupprimer
  2. Il m'est réservé à la bibli, j'ai hâte mais je redoute d'arriver au bout et de verser ma petite larme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a de la nostalgie à l'achever en effet!

      Supprimer
  3. Cette série ne m'intéresse toujours pas alors queje la vois partout !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle se serait passée ailleurs qu'en Italie je ne l'aurai sans doute pas lue!

      Supprimer

Comments system