vendredi 15 janvier 2016

La chaise numéro 14 de Fabienne Juhel.

À la fin de la seconde guerre mondiale, à Saint-Brieuc, la jeune Maria Salaun est tondue par son ami d'enfance, Antoine, pour avoir vécu une histoire d'amour avec un officier allemand. Le commando de maquisards, débarquant dans une Jeep de l'armée américaine, impose à la jeune fille l'humiliation publique, en l'asseyant sur une chaise de bistrot, dans la cour de l'auberge de son père, devant la foule friande de spectacle.
Maria n'oppose aucune résistance, sauf celle de se présenter devant eux pieds nus, dans une robe de mousseline blanche, sa flamboyante chevelure rousse déployée. Sans pleurer ni baisser les yeux, elle se laisse tondre.
Mais la honte va bientôt passer dans l'autre camp. Six noms sont sur sa liste...
Un portrait lumineux de jeune femme libre, ainsi qu'une réflexion sur la folie guerrière.
Editions du Rouergue

 Mon petit mot

Une page sombre de l'histoire , traitée de façon romanesque, sans pathos, un style aérien (et peut-être presque trop léger parfois, l'émotion reste tenue à distance), presque poétique, pour un portrait de femme "debout", en dépit de la fameuse chaise de son humiliation. 

Digne, déterminée, elle replonge dans le passé, pour dresser la terrible liste de ceux qu'elle juge responsable de cet acte, et obtenir leurs excuses.  Et elle remonte loin, Maria, à ceux qui la tenait responsable de la mort de sa mère, ceux que la couleur rousse de ces cheveux faisait frémir et l'accusait de porter malheur.... mais elle n'en retiendra que six.

Et puis apparait Louis Guilloux. L'écrivain est la partie "réelle" de ce livre, et la rencontre entre fiction et réalité permet de mettre en lumière bon nombre des contradictions de cette période de fin de guerre, et d’agrandir le cercle des réflexions (le traitement des noirs dans l'armée américaine par exemple) . 
Pour en savoir plus sur cet homme : Louis Guilloux

 Il y a d'autres rencontres, d'autres femmes tondues, pour d'autres raisons et d'autres drames, une belle réflexion sur la guerre et ses répercussions.

Bref, instructif et associé à une belle écriture : un très beau texte à découvrir si ce n'est pas déjà fait! 

Une lecture qui m'a rappelée une pièce de théâtre très forte sur le même thème:

Dans le cadre du
Challenge littéraire seconde guerre mondiale
et

17 commentaires:

  1. J'ai l'intention de le lire, c'est un thème finalement assez peu abordé en littérature. (c'est chez qui le plan Orsec ?)

    RépondreSupprimer
  2. Un angle d'approche un peu original en effet! c'est chez Georges https://leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/plan-orsec-2016-depot-des-titres/

    RépondreSupprimer
  3. Qu'est-ce qu'il semble dur ce livre ! J'avoue que je ne me sens pas d'attaque... Grâce au challenge de Chapitre Onze, je me rend compte que beaucoup des livres que je lis mentionnent la seconde guerre mondiale de manière plus ou moins soutenue, mais je lis finalement peu de livres qui abordent le sujet de manière aussi frontale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Eimelle pour cette participation. Je pense que je le lirai aussi.

      Supprimer
  4. franchement, pas inquiétude, l'écriture est très légère, presque poétique, même si le thème est très dur, pas de "danger"!

    RépondreSupprimer
  5. Un sujet dur en effet mais ce que tu en dis me donne envie de le découvrir !

    RépondreSupprimer
  6. Ce livre a l'air passionnant et mystérieux, je note. D'autant plus que c'est un épisode de la guerre qui est assez rarement évoqué dans les romans (il me semble). Merci pour cette découverte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que ce n'est pas le thème le plus développé!

      Supprimer
  7. Il me faut noter ce livre pour le contexte et pour Louis Guilloux un des grands amis de Camus

    RépondreSupprimer
  8. ce personnage est un vrai plus dans le roman!

    RépondreSupprimer
  9. Je ne connais pas du tout l'auteur mais je note pour le contexte historique

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne connais pas ces autres textes non plus!

      Supprimer
  10. Bonjour eimelle, le sujet m'intéresse. Ma maman qui vivait à Paris à la Libération m'avait parlé de ces femmes tondues. Une période terrible. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour Eimelle, le sujet pas souvent traité m'intéresse. Ma maman qui vivait à Paris en 1945 se rappelait des femmes tondues, cela l'avait marquée. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ton commentaire était caché dans les spams, désolée de te répondre si tard! j'imagine en effet le choc que cela devait être aussi pour les témoins... bonne soirée!

      Supprimer

Comments system