jeudi 23 juillet 2015

Cassandre d'après Christa Wolf #FDA15

Opéra Grand Avignon

d'après Christa Wolf, musique Michael Jarrell

Direction musicale Jean Deroyer  Mise en scène Hervé LoichemolScénographie et lumière Seth Tillett  Costumes Nicole Rauscher
 Avec Fanny Ardant, Jean Deroyer et le Namascae Lemanic Modern Ensemble  

« Avec ce récit, je descends dans la mort. » Cassandre-la-Troyenne est lucide. Vaincue par son destin, il ne lui reste qu'une heure à vivre. Elle sait que la malédiction d'Apollon l'empêche d'être entendue. Elle a appris que les mots meurent eux aussi. Qu'importe, elle continuera à parler. Mais elle n'essayera plus de convaincre les hommes de la détresse qui les attend. Le temps des prédictions est terminé. Alors elle se raconte avec une absolue liberté, sans rien masquer de ses douleurs d'enfance, d'aimante, de prisonnière, de femme. Elle ne veut pas devenir une héroïne. Dire non est son seul refuge. 
Longtemps Michael Jarrell a cherché un moyen d'adapter cette nouvelle de Christa Wolf qui rejoue le mythe en défiant la vision triomphante d'Homère-le-Grec. L'opéra lui résistait : « Il n'y a plus de raison de chanter », pensait-il. Il fallait donner une autre dimension à cette parole. Le compositeur convoque alors le dire-jouer-chanter, hérité de Schönberg, et percute le présent suspendu de Cassandre en multipliant les temporalités musicales, en superposant les textures instrumentales et électroniques. 
Une partition dont Fanny Ardant s'empare dans un double mouvement : s'abandonner en résistant. Car pour le metteur en scène, Hervé Loichemol, Cassandre en refusant l'imposture, n'est pas en état de liberté mais dans la conquête de celle-ci. Un état qui ici préside à la guerre.

Mon petit mot

J'avais lu il y a quelques temps
et j'avais trouvé cette relecture du mythe passionnante, et l'angle par lequel le personnage était abordé très intéressant.
 Cette deuxième incursion dans le festival in fut totalement réussie ! Ce spectacle est bien parti pour être un de mes coups de coeur de ce festival !

Celle qui disait non... Quel personnage... Et quelle incarnation!

Intense... Fanny Ardant est une magnifique conteuse, dans une très belle scénographie... épurée, des ombres, des couleurs, juste ce qu'il faut pour soutenir l'imagination et enrichir les émotions.
 Et l'association texte -musique renforce cette intensité...
 Bel équilibre, belle adaptation et l'interprète idéale... j'en suis sortie charmée!

Des images fortes, des répliques chocs et encore une fois j'en sors avec de nouvelles envies de lectures autour de ce personnage et d'autres oeuvres de C Wolf


photos du spectacle : cassandre








Dans le cadre du


4 commentaires:

  1. Ce doit être vraiment grandiose de voir et de sentir le jeu de Fanny Ardant cette passionnée! Merci pour cet article! <3

    RépondreSupprimer
  2. Cassandre, Christa Wolf, Fanny Ardant. Quelle affiche!

    RépondreSupprimer

Comments system