Grace - Paul Lynch

Albin Michel, 2019
Traduction : Marina Boraso
roman irlande famine grace lynch




Blackmountain, minuscule hameau du nord de l'Irlande, en 1845.
Grace vit avec sa mère et ses petits frères, tandis que le pays commence à être ravagé par la famine. Les pommes de terre ont pourri dans les champs, la faim se répand et l'hiver s'annonce particulièrement rude.

La mère fait alors le douloureux choix d'envoyer son ainée sur les routes, travestie en homme, à la recherche d'un ailleurs meilleur.
Grace n'est encore qu'une enfant, bien peu armée pour affronter le monde. Pendant des mois d'errance, elle va connaître le pire, côtoyer la mort et la noirceur de l'âme humaine de très près.

Au fil de sa quête, elle fera aussi de belles rencontres, et va profondément changer.
Portée par les voix de ses disparus, elle deviendra femme, libre, et autonome. Mais à quel prix.

Dans un monde cauchemardesque, où les hommes sont réduits à manger des écorces d'arbre, où la moindre miette de nourriture devient un mobile de crime, où charlatants et profiteurs de toute sorte prolifèrent, le voyage initiatique n'offre que de très brefs moments de répits.

La narration oscille entre les voix qui hantent la jeune fille, le récit, ses cauchemars, ses rêves aussi, je ne connaissais pas l'auteur, j'ai apprécié cette découverte!



Challenge rentée d'hiver



Commentaires

  1. J'ai envie de découvrir cet auteur et ce livre me tente mais je me demande s'il n'en fait pas trop dans le malheur (même si je sais que ces temps furent difficiles...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faut reconnaître que c'est plutôt noir noir noir (même si cela finit étonnement bien, enfin pas trop mal!)

      Supprimer
  2. J'ai lu "un ciel rouge, le matin" qui est lui aussi très dur, mais il m'avait plu. Je note celui-ci.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais aimé son premier roman, je serai ravi de le retrouver avec celui-ci.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, merci d'être passée sur mon blog. Ton livre m'intéresse je vais le commander sur ma liseuse ! Je termine ma chronique birmane aujourd'hui. Amicalement

    RépondreSupprimer
  5. Le motif me plaît beaucoup, le fait de partir de cette manière, sur les routes, déguisée en homme, c'est inventif.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne lis que du bien de ce livre, il faut que je le sorte de ma pal ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Je modère uniquement pour vous éviter de cliquer sur les bus, vélos et autres voitures... Merci pour votre passage, et à bientôt!

S'abonner aux carnets d'Eimelle

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...