dimanche 3 juin 2018

Saigon Caroline Guiela Nguyen #Tours

Les hommes approximatifs
écriture au plateau Caroline Guiela Nguyen avec l’ensemble de l’équipe artistique
mise en scène Caroline Guiela Nguyen
collaboration artistique Claire Calvi
scénographie Alice Duchange
création costumes Benjamin Moreau
création lumière Jérémie Papin
création sonore Antoine Richard
composition musicale Teddy Gauliat-Pitois et Antoine Richard
dramaturgie et surtitrage Jérémie Scheidler, Manon Worms
stagiaire Hugo Soubise
traduction Duc Duy Nguyen Thi Thanh Thu Tô
conseil scénaristique Nicolas Fleureau
régie générale création et tournée Jérôme Masson

avec : Caroline Arrouas, Dan Artus, Adeline Guillot, Thi Truc Ly Huynh, Hoàng Son Lê, Phu Hau Nguyen, My Chau Nguyen Thi, Pierric Plathier, Thi Thanh Thu Tô, Anh Tran Nghian, Hiep Tran Nghia


spectacle en français et en vietnamien surtitré en français 
Dans l’espace confiné d’un restaurant, onze personnes partagent un repas. Des Français. Des Vietnamiens. À table, les langues se délient et les histoires se racontent. Au cœur des conversations, une même métropole. Certains l’appellent Saigon, d’autres Hô-Chi-Minh-Ville. Les souvenirs refont surface. Les vécus se croisent et s’entremêlent, des rencontres s’esquissent. S’entame alors un voyage sensible dans l’espace et le temps.
Les Hommes Approximatifs se frottent au monde, à ses habitants, à ses traumatismes. Au contact d’une réalité bien précise, ils cherchent les histoires. La règle du jeu : se laisser surprendre, déstabiliser, percuter par l’inspiration. Entrelacement de témoignages et de fictions, leur nouvelle création est partie d’instants partagés avec les habitants de Saigon, devenue Hô-Chi- Minh-Ville après la Guerre du Vietnam. Le spectacle convoque sur scène des acteurs d’horizons différents qui, ensemble, tentent l’expérience d’un récit commun en aller-retour entre l’Europe et l’Asie, 2017 et 1954.

Après avoir présenté au T° Elle brûle et Le Chagrin, Caroline Guiela Nguyen poursuit son travail autour de la mémoire. Quelles traces de notre expérience au monde laissent deviner les corps, les voix, les visages ? Quels échos possibles entre le passé et le présent ? Comment appréhender au théâtre ce qui, dehors, tremble, se défait, se transforme ? 
http://cdntours.fr/spectacle/saigon


Mon petit mot

Quelle belle fin de saison au TO!

Caroline Guiela Nguyen nous entraîne dans une grande fresque entre Saigon et Paris, entre hier et aujourd'hui, et à travers l'histoire singulière de ses personnages, aborde une multitude de questions clés, autour de l'identité, du déracinement, du racisme, de la transmission familiale...

Être à sa place. Ici. Ailleurs. Rêver d'un ailleurs...
Le propos est universel, et c'est sans doute ce qui fait que ce spectacle touche autant.

Cela commence lentement, on n'entend pas tout, on ne comprend pas tout, à l'image de ces français à Saigon ou de ces vietnamiens à Paris, et puis cela monte crescendo, les époques alternent, les liens se dévoilent entre les personnages, on redécouvre toutes les conséquences et toutes les répercussions de la colonisation... dans l'émotion.  
Chaque histoire se complète, ouvre un nouveau pan de l'Histoire... et de nouvelles questions.

La distribution est impeccable, ou comment terminer la saison sur un coup de coeur!


2 commentaires:

Comments system