dimanche 18 mars 2018

In guerra per amore Festival Viva il cinema #Tours

Du 14 au 18 mars 2018,  avait lieu la 5ème édition de Viva il Cinema !, Journées du Film italien de Tours.
Un emploi du temps très chargé en ce moment ne m'a pas permis d'aller voir plusieurs des films qui me faisaient envie (programmation : https://www.viva-il-cinema.com/films)
j'ai vu :
« In guerra per amore » (Bienvenue en Sicile), un film de Pierfrancesco Diliberto (2016).
Scénario de Pierfrancesco Diliberto, Michele Astori et Marco Martani. Avec Pierfrancesco Diliberto, Miriam Leone, Andrea Di Stefano, Stella Egitto, Vincent Riotta, Maurizio Marchetti.

New-York 1943. Arturo, souhaite épouser Flora, mais son oncle, qui en a la charge aux États-Unis veut la marier au fils d’un chef mafieux. Alors, pour obtenir la main de sa belle, Arturo décide d’aller demander directement au père de Flora. Mais celui-ci vit en Sicile et Arturo n’a pas le premier centime pour payer le voyage. Il décide alors de s’engager dans l’armée qui s’apprête à débarquer en Sicile. 
Avec humour, le cinéaste mélange la grande et la petite Histoire et montre comment l’armée américaine a installé durablement la mafia en Sicile.

Mon petit mot

Ou comment distiller une bonne touche d'humour à un sujet grave!

Il y a la grande histoire : le débarquement américain en Sicile en 1943, avec tout ce que cela va représenter pour l'île, du choc des cultures (le regard porté sur un soldat noir, sur l'homosexualité...) au soutien des américains à la Mafia pour rétablir "l'ordre" dans l'île et contrer le communisme en y installant la "démocratie".  Un pacte avec le Diable méconnu bien traité par ce film.

Et puis, il y a la petite histoire, qui permet d'aborder tous ces thèmes graves avec fantaisie!
 De l’atterrissage de l'âne aux combats des statues Mussolini-la Madone, à une traduction détournée pour sauver deux hommes, on rit beaucoup en suivant les aventures de ce héros, pas vraiment doué au départ!
 On suit bon nombre de personnages du village où il est partit à la recherche du père de sa fiancé, presque un film choral, de quoi aborder différentes visions de la situation de l'île pendant la guerre.


Enfin, il y a la Sicile, personnage à part entière, on reconnait entre autres la roche blanche de la Scala dei Turchi, le temple de Segesta ou encore les saline de la région de Trapani ... et quel bonheur d'entendre un film en VO!

 
Un clin d'oeil au
La giostra degli scambi

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system