Accéder au contenu principal

La part des flammes de Gaëlle Nohant

Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse rue Jean-Goujon à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers le comptoir n° 4, tenu par la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles.
 Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité.
 Enlèvement, duel, dévotion, La Part des flammes nous plonge dans le Paris de la fin du xixe au cœur d’une histoire follement romanesque qui allie avec subtilité émotion et gravité.
eho_nohantc
Illustration de couverture : Jean Béraud, "Après la faute"

Mon petit mot

Décidément, ces lectures communes auront toutes été des réussites!
Après Anima, après Le garçon, un nouveau coup de coeur pour ce roman historique très réussi!

L'auteure nous plonge avec talent dans le Paris de la fin du XIX, un monde en mouvement, où le pire côtoie le meilleur.
A travers une belle galerie de personnages (auxquels on s'attache énormément! ) la grande histoire défile au travers de ces destins singuliers. Du cocher au Duc, nul strate de la société n'est oubliée.

 Le drame du Bazar de la Charité est un bon point de départ pour creuser les rapports de classes sociales ou encore la place de la femme au tournant du siècle sous l'angle des rapports mari-femme, parents-fille, ou encore médecin-patiente.
Comment cette tragédie va-t-elle faire évoluer les personnages?
L'équilibre est bien trouvé entre "l'historique" et le romanesque, des rebondissements, une "tenue en haleine" efficace du lecteur. Enlèvements, duel, tous les éléments des grands feuilletons historiques sont là, une grande touche de psychologie en plus.

Bref, un coup de coeur pour ce livre foisonnant de détails historiques, et des personnages que je n'avais pas envie de quitter!
 
Une LC  avec jostein,
objectif pal


Commentaires

  1. Moins enthousiaste que toi. C'est justement le fait que ce roman a tout du grand feuilleton historique qui me retient un peu. Mais comme toi je reconnais que ce récit témoigne parfaitement de l'époque, du clivage social, de la condition féminine et du double visage de l'aristocratie. Intéressant, prenant mais peut-être un peu trop romanesque pour moi. Donc bonne lecture mais pas coup de coeur. Merci pour cette lecture commune

    RépondreSupprimer
  2. on vient de me le prêter. Va falloir que je m"y mette ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Très intéressant et romanesque à souhait : on se laisse emporter... j'avais beaucoup aimé également.

    RépondreSupprimer
  4. Une tragédie qui a laissé des traces dans Paris.

    RépondreSupprimer
  5. Pas le type de roman qui m'emballe à priori mais c'est une auteure dont tout le monde dit le plus grand bien.

    RépondreSupprimer
  6. je note dans un coin, au hasard des présentoirs de la médiathèque

    RépondreSupprimer
  7. Moi, il me plairait bien à priori.

    RépondreSupprimer
  8. Encore un titre qui me tente depuis pas mal de temps...

    RépondreSupprimer
  9. j'avais beaucoup aimé moi aussi! Quelle histoire!

    RépondreSupprimer
  10. Je l'ai acheté mais j'ai compris que ce n'était pas pour moi. Trop historique et romanesque peut-être, ce qui en soit n'est pas un défaut.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce sont en effet deux qualificatifs qui le résument bien!

      Supprimer
  11. Ce roman a eu le prix page des libraires, toujours un gage de qualité... ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Je modère uniquement pour vous éviter de cliquer sur les bus, vélos et autres voitures... Merci pour votre passage, et à bientôt!