dimanche 26 mai 2013

Le maître chanteur de Minsk de Morley TORGOV

Le maître chanteur de Minsk de Morley TORGOV, traduit de l'anglais (Canada) par : Céline SCHWALLER, Actes sud 29 mars 2013

Présentation de l'éditeur:
Avril 1868. À Munich, Richard Wagner met la touche finale à son nouvel opéra, Les Maîtres chanteurs de Nuremberg. Après des années difficiles, il compte beaucoup sur le succès de ce nouveau projet. Mais les auditions pour le rôle-titre se déroulent dans un climat de tension extrême, et bientôt une lettre anonyme le met en garde : la première signera sa ruine.
Chargé de l’enquête, l’inspecteur Hermann Preiss découvre une situation complexe. Une certaine Cornelia Vanderhoute prétend être tombée enceinte du compositeur après l’une de ces aventures d’un soir dont il était coutumier. Vedette de sa dernière production, le chanteur Henryk Schramm manifeste quant à lui un comportement étrange. Et le maître compte au moins autant d’ennemis que d’adorateurs. Quand une série de meurtres se met à décimer un à un les personnages clés du nouvel opéra, Preiss se retrouve dos au mur. S’il ne découvre pas rapidement qui est l’auteur de la lettre de menace, que se passera-t-il le soir de la première ? Faut-il craindre que ce soit Wagner qu’on assassine ?
Morley Torgov vit à Toronto, dans l'Ontario. Il a écrit de nombreuses oeuvres de fiction et des essais. Son premier roman policier, Meurtre en la majeur (Actes Sud, 2010), mettait déjà en scène l'inspecteur Hermann Preiss dans l'entourage de Robert et Clara Schumann.


Le début:
prologue
Cela avait dû frapper le compositeur, le chef d'orchestre, le chef de choeur, le metteur en scène, le directeur de l'opéra, même le vieil imprésario Mecklenberg qui pensait avoir tout vu et tout entendu dans sa jeunesse - tous solennellement assis côte à côte dans des sièges en peluche rouge au premier rang de l'orchestre : ce qu'ils s'apprêtaient à voir sur la scène nue n'était rien de moins qu'un duel médiéval ; deux titans prêts à se lancer à corps perdu dans un combat mortel. Chaque combattant était un ténor ; même dans la pénombre de la salle (les lumières n'étaient qu'en partie allumées), on devinait en chacun d'eux l'éclat enviable de la jeunesse, de la force physique, de l'ambition et de la vivacité d'esprit. Chacun d'eux espérait et priait en silence pour qu'une fois tout ceci terminé, il soit celui à recevoir le signe - un hochement de tête impérial de la part de l'homme assis au centre de cette assemblée sévère installée au premier rang en contrebas.

Mon petit mot:

Alors que l'on fête cette année les 200 ans de la naissance, le 22 mai 1813, du compositeur allemand Richard Wagner, ce roman choisit ce musicien comme personnage central de l'intrigue, au moment de la préparation de la première représentation de son opéra Die Meistersinger von Nürnberg ( Les Maîtres chanteurs de Nuremberg). Et si cet opéra est une comédie, le roman en question est bien un roman noir!

Ce roman est l'occasion de croiser  Cosima von Bülow, son mari et nombreux musiciens, réels ou imaginés par l'auteur et de découvrir les coulisses de l'opéra de Munich, mais aussi de se plonger dans l'histoire politique, entre Allemagne, Autriche et de roi Louis II de Bavière.

C'est la face sombre de Wagner qui forme le cœur de l'enquête, escroc, volage, endetté, et surtout son antisémitisme.  Je pense que selon la connaissance que l'on a du personnage, on ne lira pas ce roman de la même façon, personnellement, j'ai mis un petit moment à entrer dans l'intrigue, en me demandant ce que les lecteurs non-connaisseurs de Wagner pouvaient penser du personnage donné à voir. Et puis l'intrigue prend et ne laisse plus le temps de se poser de questions.


Un livre qui entre dans le cadre du challenge Des notes et des mots, et du Challenge polar et thriller, lu grâce à l'opération organisée par Libly, merci à eux et à l'éditeur!


A lire en écoutant Wagner bien sûr!

12 commentaires:

  1. Son premier livre me tentait bien. Je ne connais rien à la vie des compositeurs du XIXe siècle, cela pourrait être un moyen intéressant d'en découvrir quelques aspects !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela insiste vraiment sur le côté sombre de Wagner, qui a existé il est vrai, mais occulte peut-être un peu le côté compositeur de talent justement, à lire avec un regard un peu distancié!
      bonne journée!

      Supprimer
  2. Bon, j'avoue que le personnage de Wagner ne me plaît pas des masses, ce ne sera pas une elcture prioritaire pour moi (le premier tome me plairait plus ?) mais c'est sûr, c'est l'année idéale pour lire ce roman ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je jetterai également un œil en bibliothèque pour voir si je trouve le tome 1!
      bonne soirée!

      Supprimer
  3. Ma foi on peut être compositeur de talent et avoir des idées peu recommandables, l'un n'empêche pas l'autre comme Céline.. Un polar sur fond d'opéra surtout les maîtres chanteurs, cela me plaît bien!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout à fait, la distinction entre vie privée et vie professionnelle est importante! Bonne journée!

      Supprimer
  4. Wagner? je n'aime pas trop. NI le bonhomme, ni sa musique. L'intrigue a l'air alléchante et les milieux musicaux de l'époque m'intéressent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en tout cas, cela donne envie d'écouter l'opéra dont il est question dans ce roman!

      Supprimer
    2. j'ai eu l'occasion de l’écouter à Garnier il y a bien longtemps...long, très long, me suis ennuyée! En plus c'était une soirée habillée et je m'étais bricolée une robe longue avec une jupe de concert de la chorale trop grande pour moi, remontée sous la poitrine qui m'étouffait.

      Supprimer
    3. de quoi trouver le temps très long en effet!

      Supprimer

Comments system