lundi 29 avril 2013

Jean-Paul Delfino Brasil


Jean-Paul Delfino Brasil 
Editeur : le Passage 07/03/2013

Présentation de l'éditeur:
Rio de Janeiro, 1821. Vaincu par les manigances de Cour de la noblesse portugaise et des Cortes, Dom Joao VI, roi du Brésil, se voit dans l'obligation de rejoindre Lisbonne et la vieille Europe. Derrière lui, il abandonne une colonie sur le point de conquérir son indépendance et qui sera désormais dirigée par son fils, Dom Pedro I, un être infâme et tyrannique qui s'autoproclamera bientôt premier empereur du Brésil.
Irrésistiblement attirée par les fastes du pouvoir et du palais impérial, la jeune Madalena, fille de la très estimée Dona Josefina, gardienne d'un culte spirite, va tout quitter pour cet empereur de pacotille. Hélas, rapidement réduite à l'état d'esclave par celui-ci, elle ne rêvera que de vengeance et d'assassinat pendant que sa fille Marina et son mari , afin d'échapper aux soldats de l'empereur, sillonneront le pays en intégrant une troupe de cirque.
Dans un pays qui n'aspire qu'à la modernité, où les gens de la rue côtoient des capitaines d'industries aux fortunes colossales, où les immeubles luxueux se multiplient et où les immigrants affluent par milliers pour se bâtir de nouvelles vies, cette fresque historique, obéissant à un sens profond du romanesque, emporte le lecteur dans un tourbillon d'aventures et d'émotions qui constitue un véritable chant d'amour pour le Brésil.

Brasil est le septième volume de la Suite brésilienne de Jean-Paul Delfino, une fresque commencée en 2005 avec Corcovado et qui couvre une période de près de trois siècles.

Jean-Paul Delfino vit et travaille à Aix-en-Provence. Il a notamment publié Corcovado (2005, Prix Amerigo Vespucci), Dans l'ombre du Condor (2006), Samba triste (2007), Zumbi (2009), Pour tout l'or du Brésil (2011) et Pour l'amour de Rio (2012). Il est également auteur de documents et d'ouvrages pour la jeunesse.


 Le début:
Quelques semaines s’étaient écoulées depuis que Dom João VI, sous la pression des Cortes , avait dû abandonner son palais carioca et repartir pour Lisbonne. Dans la vieille Europe, après les débâcles successives de Napoléon, les cabales s’étaient multipliées à l’envi et c’était un nommé Beresford, maréchal anglais de son état qui, au vu et au su de chacun, avait tout d’abord dirigé le Portugal d’une poigne d’acier. La population s’en était émue, avait fomenté des révoltes qui, dans leur immense majorité, avaient été
étouffées dans l’œuf. Désormais, les Lisboètes en appelaient au roi pour sauver la patrie et c’était pour cette raison que, la mort dans l’âme, poussé dans ses derniers retranchements par des injonctions toujours plus pressantes, Dom João VI avait dû se résoudre à abandonner sa colonie, ce Brésil qu’il avait tout d’abord méprisé durant les premiers mois qui avaient suivi son arrivée, puis qu’il avait chéri par la suite comme il n’avait jamais aimé quiconque depuis le début de son existence.


Mon petit mot:
Un livre choisi dans le cadre du challenge Amérique latine - Amérique du Sud,  grâce à l'opération Dialogues croisés (un grand merci à eux et à l'éditeur lepassage-editions pour cette belle découverte) pour  les pages de cette histoire du Brésil qu'il nous propose.
Je connaissais peu l'histoire de cette période pour ce pays, et je n'avais pas lu les premiers volumes de cette série, alors j'ai commencé par quelques recherches en parallèle à la lecture pour me replonger dans le contexte et mieux comprendre personnages et situations. Ne pas avoir lu les premiers volumes ne m'a pas handicapée plus que cela, mais j'irais d'ici peu faire un tour en bibliothèque pour au moins les feuilleter et mieux comprendre le personnage de Dom João.

Brasil est un roman historique bien documenté qui nous plonge dans  le Brésil des années 1820, à la fois du point de vue politique, le roi, sa succession, les Cortès, les rapports avec le Portugal, la France, les autres pays , mais aussi sa population, esclaves comme membres de la cour et entourage du prince. On passe des plus pauvres au plus riches, de la misère, des croyances diverses, aux complots politiques, et l'on découvre ainsi différentes facettes du pays : palais, campagnes, cirque... Au fur et à mesure, un monde se livre, entre mots de vocabulaire, gastronomie, plantes, musique... des images naissent et donnent une belle vision de ce pays en pleine mutation. Et puis il y a ce prince odieux, et cette femme amoureuse, et l'histoire qui les lie, mais qui m'a finalement moins transportée que la découverte historico-culturelle du Brésil du XIX qui sera ce que je retiendrais essentiellement de cette belle lecture. 






2 commentaires:

  1. 7 volumes, c'est beaucoup, mais ça à l'air très tentant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une belle découverte pour moi! Bonne soirée!

      Supprimer

Comments system