lundi 14 janvier 2013

Ruy Blas Victor Hugo

Après La chambre des Merveilles, je reste en Espagne, au déclin du siècle d'or cette fois, avec le Ruy Blas de Victor Hugo, pour rester dans le drame romantique mais sans Marie Dorval cette fois pour la création (le rôle titre fut crée par Frederick Lemaître, roi du boulevard .

Ruy Blas, pièce en cinq actes de Victor Hugo créée salle Ventadour, le 8 novembre 1838.
Un noble espagnol, don Salluste, est condamné à l’exil par la reine pour avoir séduit et fait un enfant à une dame de sa suite , utilise pour se venger de la reine pour cette disgrâce,  les services d’un de ses laquais, Ruy Blas, qui brule d'un amour secret pour la souveraine. Il lui fait jouer le rôle d'un noble, don César de Bazan et, sous cette identité, de séduire la reine, afin de la compromettre.
L'homme du peuple porté au pouvoir, peut triompher quelques instants avant de voir sa condition le rattraper et finir de façon tragique.
L'action se déroule sous plusieurs mois, toutes les règles de la tragédie classique (unité de temps, de lieu..) sont bouleversées. Justice - injustice sociale, déterminisme social, de nombreux thèmes sont abordés et des répliques savoureuses continuent à faire de cette pièce un fort agréable moment de lecture.

Il y a également de vrais moments drôles (la descente par la cheminée...), des répliques qui restent en mémoire, le « ver de terre amoureux d'une étoile », le « Bon appétit, messieurs !», bref , un classique redécouvert avec plaisir.

Le début: 
Scène première – Don Salluste De Bazan, Gudiel ; par instants Ruy Blas.

DON SALLUSTE.
Ruy Blas, fermez la porte, – ouvrez cette fenêtre.
Ruy Blas obéit, puis, sur un signe de don Salluste,il sort par la porte du fond. Don Salluste va à la fenêtre.
Ils dorment encor tous ici, – le jour va naître.
Il se tourne brusquement vers Gudiel.
Ah ! C'est un coup de foudre ! ... – oui, mon règne est passé,
Gudiel ! – renvoyé, disgracié, chassé ! –
Ah ! Tout perdre en un jour ! – l'aventure est secrète
Encor, n'en parle pas. – oui, pour une amourette,
 Chose, à mon âge, sotte et folle, j'en convien ! –
Avec une suivante, une fille de rien !
Séduite, beau malheur ! Parce que la donzelle
 Est à la reine, et vient de Neubourg avec elle,
Que cette créature a pleuré contre moi,
Et traîné son enfant dans les chambres du roi ;
Ordre de l'épouser. Je refuse. On m'exile.
On m'exile ! Et vingt ans d'un labeur difficile,
Vingt ans d'ambition, de travaux nuit et jour ;
Le président haï des alcades de cour,
Dont nul ne prononçait le nom sans épouvante ;
Le chef de la maison de Bazan, qui s'en vante ;
Mon crédit, mon pouvoir ; tout ce que je rêvais,
 Tout ce que je faisais et tout ce que j'avais,
Charge, emplois, honneurs, tout en un instant s'écroule
Au milieu des éclats de rire de la foule !

Une pièce à retrouver cette nuit à la télévision sur france 3 :
Ruy Blas TNP

A voir à la télévision dans les très beaux décors d'azulejos de Rudy Sabounghi enregistré au TNP, Victor Hugo, qui, dans sa préface à Marion de Lorme,  associait pour la première fois, les trois mots : Théâtre, National et Populaire ...
e
Novembre 2011, Au TNP, À Villeurbanne
Metteur en scène : Christian Schiaretti
Acteurs : Robin Renucci (Don Salluste), Nicolas Gonzales (Ruy Blas), Jérôme Kircher (Don César), Roland Monod (Don Guritan), Isabelle Sadoyan (la duègne), Juliette Rizoud (la reine), Yasmina Remil (Casilda), Clara Simpson (la duchesse d'Albuquerque)
Pour plus d'informations : http://fr.calameo.com/read/0009561746f7800f2bf7e 

D'autres représentations sont restées en mémoire, telles, en  1872 celle avec Sarah Bernhardt dans le rôle de la reine, en 1954, au Théâtre national populaire, dans une mise en scène de Jean Vilar, avec Gérard Philipe dans le rôle de Ruy Blas

Sarah Bernhardt en costume de Doña Maria de Neubourg dans Ruy Blas à la Comédie-Française
 photographie Etienne Carjat1879   BNF

Sarah Bernhardt dans le costume du rôle de la reine, Ruy Blas
 Je reviendrai avec d'autres costumes autour de cette pièce!
Mise à jour, c'est ici : la-reine-ruy-blas-costumes

Une relecture qui entre dans le cadre de plusieurs challenges:


Challenge théâtre


et challenge-victor-hugo

6 commentaires:

  1. J'aime énormément Victor Hugo l'homme de théâtre...et cette pièce, oh la la cette pièce...

    RépondreSupprimer
  2. Hélas! je n'étais pas chez moi et j'ai raté la pièce à la TV... Je me souviens l'avoir vue il y a longtemps dans une mise en scène de Hossein. Il y a toutes les audaces dans cette pièce, un mélange de grandiloquence, de démesure parfois (certains parlent de mauvais goût) mais aussi de générosité, d'impétuosité. j'aime beaucoup. merci pour le challenge romantique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu peux la voir pendant quelques jours en replay sur le site de france 3 (c'est ce que j'ai fait!)

      Supprimer
  3. Superbe article. C'est une pièce qui se lit très facilement, bien écrite. J'ai beaucoup aimé, et tu m'as donné l'envie de la re-lire.

    A bientôt et bonne continuation pour ton blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Cela fait partie des classiques indémodables!

      Supprimer

Comments system