Monteriano de E.M. Forster

Monteriano de E.M. Forster / Where the Angels fear top treadéditions  Le Bruit du temps
Traduit de l'anglais par Charles Mauron
Édition présentée et annotée par Catherine Lanone

Présentation de l'éditeur:

Louée par Virginia Woolf, portée de nombreuses fois à l'écran, son œuvre jouit d'une notoriété discrète. Dans ce premier roman publié en 1905, E.M. Forster impose avec force les thèmes qui l'obsèdent : exotisme et passion amoureuse. Une précieuse redécouverte. Monteriano est un petit village toscan imaginé par E.M. Forter en s’inspirant de San Gimignano. Dans ce premier roman de l’auteur de Avec vue sur l’Arno, de Maurice ou encore de la Route des Indes, Forster évoque l’histoire d’une jeune veuve anglaise qui provoque le scandale en tombant amoureuse lors d’un voyage en Italie de Gino, un bel Italien sans argent et plus jeune qu’elle. Faisant fi des oppositions de sa belle famille pétrie de conventions sociales victoriennes, elle décide d’assumer cette vie nouvelle qui lui permet pour la première fois d’être une femme et d’exister pour elle-même. À partir de cette histoire serrée qui ne manque pas d’humour, de sarcasmes et de terribles déterminismes, Forster va plus loin en dressant un tableau qui dépasse le social pour embrasser l’amour, l’art et la vie dans un ensemble concertant où chaque protagoniste aura sa part dans la composition, qui d’un aria ou d’un lamento…
Ce premier roman surprend par sa précocité le lecteur habitué à l’art de Forster. Car, comme le note très justement Virginia Woolf en 1927 au sujet de l’écrivain, par-delà la satire, un noyau d’incandescence brûle au cœur de cette écriture, incandescence qui donne toute sa vérité, sa vie et sa poésie à ce récit. Et c’est très jeune que Forster imprimera ces lignes de force dans ce premier récit à forme initiatique et inspiré de son premier voyage en Italie alors qu’il venait d’être diplômé de l’Université de Cambridge.
Cette très belle traduction de Charles Mauron est précédée d’une riche introduction de Catherine Lanone qui offre une belle analyse de l’écriture de Forster.À noter que Le Bruit du temps entreprend, avec ce premier roman, la réédition de tous les romans de Forster traduits par Mauron, à l’exception de Avec vue sur l’Arno.
L'affiche du film adapté


Le début de Monteriano

Ils étaient tous venus à Charring Cross assister au départ de Lilia : Philippe, Harriet, Irma, Mrs. Herriton en personne. Mrs. Theonald avait même fait, au bras de MR. Kingcroft, le voyage du Yorkshire pour embrasser sa fille unique.

Mon avis :

Comme pour beaucoup sans doute, le nom de Forster était associé pour moi à Avec vue sur l'Arno, Monteriano a donc été une découverte totale, et une belle découverte!
 D'abord pour l'Italie et la Toscane qui me sont chères, parce que l'auteur s'est inspiré de la ville de San Gimignano, près de Sienne, que j'ai eu le bonheur de visiter, et dont je garde un excellent souvenir.
L'occasion de ressortir quelques photos de l'album : l'arrivée à San Gimignano: 
La Toscane

 La ville des tours, les lumières, les couleurs de cette Italie parfaitement bien rendue dans le roman.
Piazza della Cisterna, San Gimignano

Mes autres photos de ce village :san-gimignano
Et puis il y a la plongée dans une époque. Le choc des cultures, entre l'Angleterre des années 1900 (Forster séjourne pour la première fois en Italie en 1901), et l'Italie. Le voyage, de la gare de la première page, au train de la dernière.  On découvre tonne de petits détails qui rendent cette période très vivante, tels les guides de voyage Baedeker :



Il y a l'opéra,aussi,  avec une représentation de Lucia di Lammermoor, opéra de Gaetano Donizetti, dont le récit donne une idée de l'ambiance particulière qui régnait alors dans les salles. 


Des plongées dans l'art, avec une scène qui évoque les vierges à l'enfant chères à Bellini, Raphaël et autres peintres de cette figure maternelle. 

Et enfin, et surtout, il y a les femmes. Ce sont elles qui font avancer l'intrigue, en bien et en mal, mais ce sont elles qui agissent. Les convenances, le poids de la société, l'éducation, le destin... tragique... Des personnages qui évoluent, qui se révèlent, mais qui sont rattrapés par la raison, l'ordre des choses immuables, il n'y aura pas de happy-end, si ce n'est peut-être l'amitié entre deux hommes de milieux et cultures bien différents. 
L'écriture pour finir, beaucoup de cynisme et d'ironie, qui fait que l'on sourit très souvent, en dépit de situations pour le moins dramatiques. 

Si j'avais un seul petit regret, il concerne la préface, qui livre trop d'informations sur le contenu du roman et gâche le suspens. Un conseil, lisez-la après!

Un livre lu grâce à Libfly, un grand merci à eux et à l'éditeur! 


Et qui entre bien entendu dans le cadre du challenge de lecture autour de l'Italie!

Commentaires

  1. Je connaissais de Forster Retour à Howards End et surtout Avec vue sur l'Arno (le roman qui m'a donné envie de passer un an en Toscane pour mes études)
    Mais je n'avais pas du tout entendu parler de ce titre.
    Merci pour ta critique! Tu m'as donné très envie!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est un premier roman très réussi! Bonne soirée!

      Supprimer
  2. Nous avons dû le lire en même temps
    Je l'ai terminé il y a peu
    Un délicieux moment
    Je ne lis presque jamais les préfaces trop impatiente de rentrer dans le vif du sujet et puis elle m'apporte rarement quoi que ce soit
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle aurait été mieux placée en postface!
      Bonne journée!

      Supprimer
  3. Bonjour, je ne connaissais pas du tout. Je n'ai rien lu de cet auteur, mais je note pour plus tard. merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela fait partie de bonnes découvertes de ce mois de novembre
      Bonne journée!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Je modère uniquement pour vous éviter de cliquer sur les bus, vélos et autres voitures... Merci pour votre passage, et à bientôt!