lundi 26 novembre 2012

Les heures souterraines de Delphine de Vigan

Les heures souterraines

Présentation de l'éditeur
Chaque jour, Mathilde prend la ligne 9, puis la ligne 1, puis le RER D jusqu'au Vert-de-Maisons. Chaque jour, elle effectue les mêmes gestes, emprunte les mêmes couloirs de correspondance, monte dans les mêmes trains. Chaque jour, elle pointe, à la même heure, dans une entreprise où on ne l'attend plus. Car depuis quelques mois, sans que rien n'ait été dit, sans raison objective, Mathilde n'a plus rien à faire. Alors, elle laisse couler les heures. Ces heures dont elle ne parle pas, qu'elle cache à ses amis, à sa famille, ces heures dont elle a honte.
Thibault travaille pour les Urgences Médicales de Paris. Chaque jour, il monte dans sa voiture, se rend aux adresses que le standard lui indique. Dans cette ville qui ne lui épargne rien, il est coincé dans un embouteillage, attend derrière un camion, cherche une place. Ici ou là, chaque jour, des gens l'attendent qui parfois ne verront que lui. Thibault connaît mieux que quiconque les petites maladies et les grands désastres, la vitesse de la ville et l'immense solitude qu'elle abrite.
Mathilde et Thibault ne se connaissent pas. Ils ne sont que deux silhouettes parmi des millions. Deux silhouettes qui pourraient se rencontrer, se percuter, ou seulement se croiser. Un jour de mai. Autour d'eux, la ville se presse, se tend, jamais ne s'arrête. Autour d'eux s'agite un monde privé de douceur.
Les heures souterraines est un roman sur la violence silencieuse. Au coeur d'une ville sans cesse en mouvement, multipliée, où l'on risque de se perdre sans aucun bruit.

Le début  Les heures souterraines

La voix traverse le sommeil, oscille à la surface. La femme caresse les cartes retournées sur la table, elle répète plusieurs fois, sur ce ton de certitude : le 20 mai, votre vie va changer.
Mathilde ne sait pas si elle est encore dans le rêve ou déjà dans la journée qui commence, elle jette un œil à la pendule du radio-réveil, il est quatre heures du matin.
Elle a rêvé. Elle a rêvé de cette femme qu’elle a vue il y a quelques semaines, une voyante, ou, voilà, sans châle ni boule de cristal, mais une voyante quand même. Elle a traversé tout Paris en métro, s’est assise derrière les rideaux épais, au rez-de-chaussée d’un immeuble du seizième arrondissement, elle lui a donné cent cinquante euros pour qu’elle lise dans sa main, et dans les nombres qui l’entourent, elle y est allée parce qu’il n’y avait rien d’autre, pas un filet de lumière vers lequel tendre, pas un verbe à conjuguer, pas de perspective d’un après. Elle y est allée parce qu’il faut bien s’accrocher à quelque chose.

Mon avis: comment dire cela sans que cela semble négatif? Un roman à la base qui correspond à tout ce que je n'aime pas : j'aime lire pour m'évader du quotidien, j'aime les histoires qui finissent bien... Autant le dire tout de suite, ici, on est en plein dans la vraie vie. Sa violence, harcèlement moral d'un côté, solitude, misère, des destins tragiques et la violence des rituels quotidiens... et pourtant, une fois commencé impossible de reposer le livre avant la dernière ligne tard dans la nuit... La sobriété de l'écriture, la justesse des vies décrites... C'est le troisième livre de Delphine de Vigan lu et j'aime vraiment beaucoup!


 
 

6 commentaires:

  1. je ne l'ai pas encore lu celui la mais il me dis bien d'autant plus que j'aime beaucoup cet auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si tu as l'occasion, n'hésite pas, il devrait te plaire!
      bonne journée!

      Supprimer
  2. Comme tu le dis, il expose la vie quotidienne et c'est bien le plus effrayant. Tout est décrit avec finesse. J'adore Delphine de Vigan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime aussi beaucoup, vivement le prochain!
      bonne journée!

      Supprimer
  3. Il est dans ma wish, j'ai commencé par No et moi et j'ai vraiment envie de lire un autre roman de l'auteure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. n'hésite pas, cela devrait te plaire!
      Bonne soirée!

      Supprimer

Comments system