Antigone Jean Anouilh

Toujours autour d'Antigone, cette fois autour de la version Antigone de Jean Anouilh, dans le cadre du challenge théâtre.
 Mon avis : L'Antigone d'Anouilh doit bien sûr être replacée dans son contexte : elle fut représentée pour la première fois au théâtre de l'Atelier à Paris le 4 février 1944, durant l'Occupation allemande, dans une mise en scène, des décors et des costumes d'André Barsacq. Elle fait partie des Nouvelles pièces noires avec Jézabel (1932), Roméo et Jeannette (1946) et Médée (1953).
Dans ce contexte, difficile de ne pas faire le parallèle entre Antigone, la femme qui dit non, qui ose se rebeller , avec les héros de la résistance?
Antigone, c'est la voix de la Résistance, mais c'est aussi la voix des femmes  et l'opposition de plusieurs conceptions de la vie.
C'est aussi une lecture qui évolue avec le temps.
Quand je l'ai lue pour la première fois, au lycée, j'étais totalement du côté d'Antigone, entière , sans concession. J'avoue qu'avec les années je trouve dans répliques d'Ismène ou même de Créon certaines conceptions de la vie dans lesquelles je me reconnais d'avantage.
Mais cela reste aussi de superbes répliques sur l'amour, sur la vie, et un texte dans lequel on trouve toujours des échos à sa propre vie.

Citations

L'incipit d'Antigone

Le début du prologue

  Voilà. Ces personnages vont vous jouer l'histoire d'Antigone. Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure, qu'elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout... Et, depuis que ce rideau s'est levé, elle sent qu'elle s'éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n'avons pas à mourir ce soir.

Citations Antigone


CRÉON
Un matin, je me suis réveillé roi de Thèbes. Et Dieu sait si j'aimais autre chose dans la vie que d'être puissant…

ANTIGONE
Il fallait dire non, alors !

CRÉON
Je le pouvais. Seulement, je me suis senti tout d'un coup comme un ouvrier qui refusait un ouvrage. Cela ne m'a pas paru honnête. J'ai dit oui.

ANTIGONE
Hé bien, tant pis pour vous. Moi, je n'ai pas dit « oui » ! Qu'est-ce que vous voulez que cela me fasse, à moi, votre politique, vos nécessités, vos pauvres histoires ? Moi, je peux dire « non » encore à tout ce que je n'aime pas et je suis seul juge. Et vous, avec votre couronne, avec vos gardes, avec votre attirail, vous pouvez seulement me faire mourir parce que vous avez dit « oui ».

CRÉON
Ecoute-moi.

ANTIGONE
Si je veux, moi, je peux ne pas vous écouter. Vous avez dit « oui ». Je n'ai plus rien à apprendre de vous. Pas vous. Vous êtes là, à boire mes paroles. Et si vous n'appelez pas vos gardes, c'est pour m'écouter jusqu'au bout.
 


Une autre


ANTIGONE
Oui, j'aime Hémon. J'aime un Hémon dur et jeune ; un Hémon exigeant et fidèle, comme moi. Mais si votre vie, votre bonheur doivent passer sur lui avec leur usure, si Hémon ne doit plus pâlir quand je pâlis, s'il ne doit plus me croire morte quand je suis en retard de cinq minutes, s'il ne doit plus se sentir seul au monde et me détester quand je ris sans qu'il sache pourquoi, s'il doit devenir près de moi le monsieur Hémon, s'il doit apprendre à dire « oui », lui aussi, alors je n'aime plus Hémon !




ANTIGONE

Vous me dégoûtez tous avec votre bonheur ! Avec votre vie qu'il faut aimer coûte que coûte. On dirait des chiens qui lèchent tout ce qu'ils trouvent. Et cette petite chance pour tous les jours, si on n'est pas trop exigeant. Moi, je veux tout, tout de suite, — et que ce soit entier — ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite — ou mourir.


Je vous renvoie aussi vers cet article : le personnage d'Antigone dans l'art
et là
Suite de la série des représentations d'Antigone : cette fois ci avec sa soeur Ismène.
antigone-et-ismene-art

et là
antigone jean anouilh
et enfin:
theatre-et-costumes-antigone, costumes de scène

Commentaires

  1. Une des pièces de Anouilh que j'aime particulièrement, pour l'avoir vue jouer remarquablement et bien sûr, pour ce côté Résistance dont tu parles... J'ai vu dans ton autre article une version en DVD avec Robert Hossein qui me tente bien ! car c'est malheureusement une picèe qu'on voit rarement. Beau travail Eimelle, ça me donne envie de relire la pièce !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'ai effectivement jamais vue "en vrai", j'ai la version avec Robert Hossein et Barbara schulz qui porte bien le personnage.

      Supprimer
  2. j'adore cette pièce et je l'étudie souvent avec mes élèves. Beau billet! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a en effet de quoi faire autour de cette pièce! Bonne journée!

      Supprimer
  3. Le dialogue entre Hémon et Antigone (sauf la fin qui est un peu décevante) est magnifique. Bises

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Je modère uniquement pour vous éviter de cliquer sur les bus, vélos et autres voitures... Merci pour votre passage, et à bientôt!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...