Don Pasquale de Donizzetti

Un spectacle  empli de bonne humeur à l'opéra de tours:
don Pasquale de Donizzetti


Direction musicale : Jean-Yves Ossonce
Mise en scène : Sandro Pasqualetto
Décors et Costumes : Valentina Bressan
Lumières : Marc Delamézière



Norina : Daniela Bruera
Don Pasquale : Donato Di Stefano
Docteur Malatesta : Jean-Sébastien Bou
Ernesto : Domenico Menini
Don Pasquale est un vieux célibataire acariâtre. Son neveu et héritier, Ernesto, a refusé d’épouser la jeune femme que Pasquale lui avait choisi, préférant Norina, jeune veuve sans biens. Pasquale décide d’engendrer ses propres héritiers en trouvant une jeune épouse. Malatesta, le médecin de Pasquale (qui est sensible à la cause d’Ernesto), suggère sa propre sœur, Sofronia. Cette dernière est en réalité Norina déguisée, qui épouse Pasquale lors d’une fausse cérémonie. La jeune épouse retenue se transforme aussitôt en harpie dépensière. La situation atteint son paroxysme lorsqu’elle gifle Pasquale et laisse tomber le billet d’un prétendant lui donnant rendez-vous le soir même dans le jardin. Malatesta assure à Pasquale qu’ils vont surprendre Sofronia dans une situation compromettante et Pasquale, déboussolé et vindicatif, accepte de léguer son argent à Malatesta. Dans le jardin, Ernesto chante la sérénade à Norina/Sofronia, mais s’échappe avant que Pasquale et Malatesta arrivent. Malatesta annonce qu’Ernesto veut que sa future épouse vive dans la maison. Sofronia, indignée à l’idée de partager sa demeure avec une autre femme, menace de partir. Ravi, Pasquale nomme à nouveau Ernesto comme son héritier et approuve son mariage avec Norina. Lorsque la tromperie et le complot sont révélés, Pasquale, magnanime, bénit l’union du couple. emiopera


Mon avis : Un spectacle très sympathique : des beaux décors, de la place de village italien aux maisons enchevêtrées, aux oeuvres d'art qui évoluent dans l'intérieur de la maison, beaucoup d'humour mais aussi de finesse, un duo D.Di Stefano et JS Bou très convainquant scéniquement et musicalement, un choeur très bien utilisé pour figurer quantité de scenettes muettes de la vie de cette place d'Italie, une plongée dans l'univers du cinéma italien des années 50, bref, de quoi donner de la profondeur à cette histoire.. et l'envie de retourner en vacances en Italie!

Commentaires

S'abonner aux carnets d'Eimelle

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...