jeudi 5 juillet 2018

Voyage en Sicile 18 Stromboli

Après Panarea, cap sur Stromboli!
Nous y arrivons en fin d'après-midi, juste le temps de faire une petite balade dans le village, de déguster une pizza, et retour sur le bateau pour en faire le tour "by night!"




Cela bouillonne entre les îlots inhabités, l'activité volcanique est bien présente!




on découvre de premières coulées de lave sur les pentes de l'île

débarquement au port, un belle plage de sable noir s'offre à nous...




et petite balade dans les ruelles !

avec toujours un oeil sur le volcan!

L'île est connue, fréquentée et habitée depuis l'Antiquité. Son économie traditionnelle se basait sur des productions agricoles typiquement méditerranéennes : olives, vignes, figues, et pêche. Jusqu'au XIXe siècle cette économie était florissante et l'île comptait jusqu'à 4 000 habitants. Après l'unité italienne, la modification des conditions économiques due au recul des cultures vivrières, la répétition d'éruptions et de tremblements de terre et enfin le mildiou — qui dans les années trente détruisit la plus rentable des cultures locales, celle des vignes — entraînèrent l'émigration essentiellement vers l'Australie et l'Amérique, au point que l'île risquait d'être laissée à l'abandon.





Ce fut le cinéaste Roberto Rossellini qui en 1949 avec son film Stromboli terra di Dio attira l'attention du public et lança le tourisme, aujourd'hui ressource économique quasi-exclusive de l'île qui ne compte que 350 habitants l’hiver.

La maison qui abrita ses amours avec Ingrid Bergman pendant le tournage...





À quelques centaines de mètres au nord de l'île, émerge le Strombolicchio, reste d'une ancienne cheminée vieille de deux cent mille ans. Cette petite île abrite un phare automatisé de la marine.










La lumière décline, il est temps de rejoindre le bateau pour faire le tour de l'île et espérer saisir une éruption...


Pour commencer, cela sera déjà un superbe coucher de soleil sur la mer, rien que pour cela, cela valait le coup!








L'escalier vers le phare de Strombolicchio est impressionnant!


Stromboli présente un aspect conique typique aux volcans et sa particularité réside dans ses éruptions régulières (à raison de plusieurs par heure) visibles de loin, de nuit, qui lui ont valu le surnom de « phare de la Méditerranée ». La partie actuellement active du volcan (zone des cratères et Sciara del Fuoco) s'est formée il y a moins de cinq mille ans et est en éruption quasi continue. La totalité de l'édifice volcanique prend naissance à 2 000 m sous la mer, la partie émergée culminant à 926 m. Le Stromboli expulse 3 à 7 fois par heure (en moyenne) des lambeaux de lave incandescente.

Malheureusement pour nous, nous verrons surtout des nuages! Mais le site reste très impressionnant! 

« la Sciara del Fuoco » (chemin de feu), par lequel la lave s’écoule jusqu’à la mer.


La nuit est tombée, une atmosphère particulière... une petite lueur rouge aperçue, mais ce soir là, Stromboli se reposait plutôt!

Avant le retour de nuit à Lipari!



Pour voir le volcan plus actif:

http://www.aventurevolcans.com/fr/volcan/stromboli



5 commentaires:

  1. Depuis des décennies je rêve de l'escalader, les volcans me fascinent et surtout celui là qui est souvent en eruption

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. nous n'avons pas eu de chance avec les nuages, mais même sans, le site reste magnifique!

      Supprimer
  2. Je crois qu'il y a des voyages juste au bord du volcan ? Ca ne me rassurerait pas !

    RépondreSupprimer

Comments system