jeudi 24 mai 2018

Stadium Collectif Zirlib – Mohamed El Khatib #Tours

Théâtre Olympia
Deux mondes, deux publics. Théâtre et football : chacun ses adeptes. Entre eux, un fossé creusé par les préjugés. Trop élitiste, le théâtre ? Trop populaire, le football ? En rupture avec cette vision binaire, Stadium propose un face-à-face inédit entre spectateurs. Match !
 53 supporters du Racing Club de Lens vous attendent sur la scène. Cette fois, ce sont eux le spectacle. Au croisement des langages artistiques, entre vidéos, enregistrements sonores et chorégraphies, cette performance documentaire dévoile des portraits surprenants et sensibles.

Regardés, écoutés, les supporters se révèlent dans toute leur complexité. Dans une démarche proche d'une anthropologie des stades, Stadium interroge nos a priori. L'effet miroir des deux publics mis face-à-face trouble : qui vient voir qui ? Qui est spectateur ? Qui est acteur ? Après Moi, Corinne Dadat, Mohamed El Khatib continue d'explorer ce qu'il nomme un théâtre ready made. C'est de rencontres, précédemment avec une femme de ménage, ici avec des supporters de foot, que naissent ses spectacles. Après une période d'immersion dans leur quotidien, il retranscrit leurs paroles et les agence par copier-coller. Son enjeu : s'éloigner d'un geste littéraire pour mettre en scène les personnes pour ce qu’elles sont. Une incursion du réel sur scène qui, autant qu'elle fascine, interpelle et perturbe.


Conception : Mohamed El Khatib et Fred Hocké
Texte : Mohamed El Khatib
Environnement visuel : Fred Hocké
Environnement sonore : Nicolas Jorio et Arnaud Léger
Photographe : Marion Poussier
Travail vocal : Thierry Péteau
Collaboration artistique : Violaine de Cazenove, Éric Domeneghetty et Samuel Dutertre
Conseillers éditoriaux : Ludovic Lestrelin (sociologue) et Roland Courbis (entraîneur)
Régie : Zacharie Dutertre
Production/Diffusion : Martine Bellanza
Presse : Nathalie Gasser
En collaboration avec le Kop Sang et Or, les Tigers, les Gueules Noires, les Bollaert Boy’s et les Ch’tis Gavroches.


Mon petit mot

Pour tout dire, ce spectacle, je ne pensais aller le voir... parce que dans la série préjugés, j'étais dans la bonne catégorie! Aucune tradition footballistique familiale,  je n'ai jamais mis les pieds dans un stade de foot que pour des matchs poussins ou des événements qui n'avaient rien à voir avec le ballon rond, alors.. 

Alors il y a Mohamed El Khatib dont le C'est la vie m'avait bouleversée... et des amis qui avaient vu ce spectacle l'année dernière et qui m'ont encouragée à aller le voir, alors... Alors, j'ai passé une excellente soirée!

On ne sait pas trop à quoi l'on assiste, documentaire, théâtre, on est un peu gêné, un peu voyeur au début, on s'interroge sur ce que cette expérience représente pour ceux qui sont sur scène, sur tous les clichés que l'on a en tête, et puis, les tranches de vie se superposent, des rires sincères arrivent, et l'émotion vous cueille bien plus vite que prévu. 

Beaucoup de questions derrière la musique et les danses. On parle socio-politique, économie, gentrification , violence, politiques culturelles... il y a quelque chose qui passe... qui se passe. Et à la troisième mi-temps dans le hall du théâtre, on tombe tous d'accord, une soirée inoubliable!
Beaucoup d'humanité aussi... Une bien belle famille!

Des corons ou Cum Dederit, des trompettes d'Avignon à la Ola, on en sort avec une certitude: je ne regarderai plus jamais un match de foot de la même façon, et je intéresserai beaucoup plus à ce qui se passe en tribune que sur le terrain!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system