dimanche 27 mai 2018

MOZART & SALIERI de Rimski-Korsakov et IOLANTA de Tchaikovsky Opéra #Tours

Deux opéras en une soirée:

D'abord : MOZART & SALIERI
Opéra op.48 en un acte et deux scènes de Nikolaï Rimski-Korsakov sur le livret d’Alexandre Pouchkine
La légende de la rivalité entre les deux compositeurs et de l’empoisonnement de Mozart par Salieri vient de la nouvelle d’Alexandre Pouchkine que Rimski-Korsakov a mis en musique dans cette intense tragédie psychologique.

Puis
IOLANTA
Opéra en un acte Livret de Tchaikovsky d’après le roman La Fille du Roi René de Henrik Hertz
Née aveugle, la fille du roi René de Provence vit recluse et ignorante de sa condition. Ultime ouvrage de Tchaïkovski, Iolanta a la couleur sombre des contes slaves. Mais la jeune femme qui recouvre la vue apprend aux autres où est la lumière véritable. 

Pour avoir une idée de la mise en scène avec une autre distribution


direction musicale : Vladislav Karklin
Mise en scène : Dieter Kaegi
Décors & costumes : Francis O'Connor
Lumières : Mario Bösemann

Iolanta : Anna Gorbachyova-Ogilvie
Mozart / Vaudemont : Irakli Murjikneli
Roi René / Salieri : Mischa Schelomianski
Robert : Javid Samadov
Ibn-Hakia: Aram Ohanian
Brigitta : Yumiko Tanimura
Laura : Majdouline Zerari
Alméric : Raphaël Jardin
Marta : Delphine Haidan
Bertrand : Serguei Afonin

Choeur de l'Opéra de Tours
Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

Photos info-tours.f

Mon petit mot

Un coup de coeur personnel pour la deuxième partie!

La première partie (Mozart et Salieri) raconte comment ce dernier, dévoré par la jalousie, va supprimer son rival. Une légende noire, et noire est la scénographie... 
J'ai un problème personnel avec les formes courtes (comme avec les nouvelles en lecture), j'ai besoin d'un temps certain pour décrocher de ma journée de travail et entrer dans une oeuvre... là, j'ai commencé par bloquer sur le sac fnac tenu par Mozart, impossible de me concentrer sur la musique, petit ballet des pensées qui n'avaient rien à voir avec le spectacle, bref... pas dedans!

Et puis tout à coup, la voix de Mischa Schelomianski a fait mouche (ce sera d'ailleurs mon coup de coeur vocal de la soirée!) et j'ai beaucoup apprécié la dernière partie ... bref, une oeuvre à redécouvrir plus tard dans de meilleures conditions !

Place ensuite à Iolanta, et là, aucune seconde de décrochage!
Dès le retour dans la salle après l'entracte, le décor questionne : une belle endormie, fleur au milieu des fleurs fragiles protégées en serre? Serre, cage de verre, prison, hôpital... les maquillages intriguent aussi.

Je ne connaissais pas l'histoire, j'ai apprécié son traitement (et le final, moins heureux que prévu ), tout est condensé de par la forme courte, mais tout y est, les tourments du père, la naissance de l'amour, les empêchements multiples...

Une histoire qui m'a rappelé celle de Molly S vue l'année dernière à Avignon avec Ronan Nédelec.
Molly s 
on retrouve un questionnement assez similaire sur les sens et sur l'acceptation de la différence.
Comment l'entourage de cette jeune femme a pu lui cacher son handicap ? Quelle attitude adopter face à une personne différente? On oscille entre psychanalyse et conte de fée !

Plaisir aussi de retrouver Delphine Haidan, car si j'apprécie de découvrir de nouveaux chanteurs, j'aime aussi beaucoup en suivre de rôles en rôles et découvrir d'autres facettes d'interprétation!

Bref, une belle fin de saison à l'opéra de Tours avec cette Iolanta!

4 commentaires:

  1. Je vais plus facilement écouter de la musique classique que voir un Opéra.
    Grâce à ce blog d'Eimelle, j'ai eu envie de tenter à nouveau l'expérience et je suis allé voir ce double spectacle.
    Les 2 parties créent un spectacle moins long à mon goût qu'un Opéra complet, ce que j'ai beaucoup apprécié.
    Iolanta est une très belle oeuvre. J'ai été porté jusqu'à la fin et subjugué par la chute finale.

    RépondreSupprimer
  2. Un billet caché parmi d'autres, je l'avais raté! Comme toi, ce sac Fnac m'a intriguée... et j'ai aimé cette 'basse russe' . Le ténor n'était pas mal non plus.
    Quant à la fin (qui n'est pas la vraie fin de l'opéra en fait, j'ai trouvé sur internet deux avis pas vraiment convaincus de la nécessité du changement), je n'avais pas compris, de la haut je n'avais pas trop vu, mais un autre spectateur m'en a parlé. (keisha)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est toujours le problème de visibilité de certaines places... j'ai lu aussi que ce n'était pas la fin prévue à l'origine...

      Supprimer

Comments system