jeudi 17 mai 2018

Les tétins de Sainte-Agathe de Giuseppina Torregrossa

Traduit de l’italien par Anaïs Bokobza

Toujours dans la PAL Sicile! 


Chaque année, le 5 février, Agata enseigne à sa petite fille Agatina les secrets de la préparation des gâteaux en l’honneur de la sainte dont elles portent toutes les deux le prénom. Tandis qu’elles pétrissent les cassatelle en forme de sein, les tétins, la grand-mère raconte le martyre de la sainte à qui le cruel consul Quinziano, ne supportant d’être repoussé, fit couper les mamelles. Grace à cette histoire dramatique, elle enseigne à sa petite-fille une règle du monde masculin : «Tu dois savoir que, si tu ne ressens pas de plaisir quand ils te touchent, les hommes se sentent atteints dans leur virilité, mais gare à toi si tu y prends du plaisir, parce que là ils te prennent pour une putain. » Ceci est l’un des nombreux avertissements, proverbes et conseils qu’Agata laisse en héritage à sa petite-fille – avec la recette des cassatelle – ingrédients indispensables pour en faire une femme. Et ce parfum de ricotta et de chocolat qui envahit la cuisine où Agatina écoute, fascinée, le récit de sa grand-mère, sert de prétexte à l’évocation de l’histoire de deux familles siciliennes et de leurs femmes. Les tétins vont toujours par paires, répétait inlassablement mamie Agata : deux seins, deux gâteaux pour chaque jeune fille. Cependant, la vie est imprévisible et le sein, doux viatique de joie et de nourriture, peut porter la maladie et le désamour. Le compte n’est pas toujours bon…

De Catane à Palerme, bercés par une langue savoureuse et un style enjoué, aussi frais que les histoires que les femmes se racontent en secret en préparant les repas et le destin de leurs hommes affamés, nous suivons l’évolution trépidante de notre protagoniste et de ses pas dans la vie.



Mon petit mot

Voilà un livre gourmand (et sensuel!)

A travers l'histoire des femmes de cette famille, on découvre les traditions siciliennes, autour de Sainte Agathe en particulier.
Entre Palerme et la campagne, on suit l'évolution de plusieurs femmes de cette famille, au destin pas toujours rose. L'émancipation féminine est un long combat et même à la dernière génération, quand on pense que c'est acquis, avec cette jeune femme devenue gynécologue... et bien non...

J'ai beaucoup aimé le début de cette histoire, les périodes les plus anciennes, les descriptions de l'évolution de la ville de Palerme, j'ai moins aimé la dernière partie, et les déboires amoureux d'Agatina.

En tout cas, voilà un livre qui donne terriblement envie de croquer dans ces petits gâteaux!

Et en prime, quelques pages d'un Géo avec de belles photos lu en même temps







Une journée particulière

8 commentaires:

  1. C'est vrai qu'ils donnent envie ces petits gâteaux^^

    RépondreSupprimer
  2. appétissant! mais je n'ai pas compris, quel éditeur? où se procurer le livre? C'est géo?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non non, deux livres différents, la revue géo d'un côté, et le roman chez Latès de l'autre, juste lus la même semaine!

      Supprimer
  3. J'aime bien le solide bon sens de la grand mère. Avec une telle éducation, on se dit que la petite fille devenue femme va être prête à se défendre dans la vie et tu as l'air de dire que non.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle finit par se ressaisir mais il y a toute une partie où l'on se dit... quel dommage!

      Supprimer
  4. Je n'ai pas retrouvé ta couverture, dans le bilan apparaîtra donc la version en format poche !! Cela dit tu as éveillé ma curiosité pour ce livre. ;) J'ai l'impression que j'aimerais bien cette histoire de transmission et toutes ces légendes.

    RépondreSupprimer

Comments system