jeudi 26 avril 2018

L'Imprimeur de Venise Javier Azpeitia

Traduit de l’espagnol par Anne Plantagenet
J.C. Lattès
En 1530, un jeune homme se présente dans une maison de la région de Modène, pour rencontrer la veuve d’Alde Manuce, le célèbre imprimeur vénitien. Il veut lui montrer le texte qu’il a écrit sur sa vie, sans savoir que la véritable histoire de Manuce n’a rien à voir avec le ton épique du récit qu’il a imaginé autour du héros de l’imprimerie.
En effet, lorsqu’en 1489, Alde Manuce arrive à Venise dans le but de réaliser des éditions raffinées des nombreux trésors grecs qu’il connaît, il doit faire face à de nombreuses difficultés auxquelles il ne s’attendait pas : vol de manuscrits, censure des puissants contre la diffusion de l’épicurisme, obligations commerciales d’Andrea Torresani, patron de l’imprimerie… Quand il se met en tête d’épouser la fille d’Andrea Torresani, les obstacles se multiplient encore.
Avec une juste dose d’ironie et une érudition discrète, L’Imprimeur de Venise recrée de manière éblouissante l’origine de l’édition à travers des personnages pionniers, dans une ville folle. L’époque de crise que traverse Venise n’est pas sans rappeler les défis du présent…


Mon petit mot

Voilà un livre étonnant!

Ce qui semble au départ être un récit - biographie romancée devient vite presque un essai sur l'imprimerie à la Renaissance, du côté du choix des textes essentiellement, mais aussi du matériel, du choix des caractères grecs, du format...

De nombreux extraits sont cités, on passe de Lucrèce à Epicure, une vraie plongée dans la philosophie antique à laquelle je ne m'attendais pas, et qui fait du texte une lecture beaucoup plus exigeante que prévue!

De plus, le livre alterne les voix narratives et les temporalités, il demande donc une certaine attention pour l'apprécier pleinement.

A travers l'histoire d'Alde Manuce, on entre dans le cœur de Venise, à une période tourmentée, à la fois politiquement et religieusement (on croise ainsi Savonarole) mais aussi formidable creuset intellectuel où nous côtoyons par exemple Pic de la Mirandole et tous les grands représentants du courant de l'Humanisme.

Un livre important pour ne pas oublier que derrière les noms de ses penseurs demeurés célèbres, il y a eu bien des difficultés et bien des drames pour permettre peu à peu à leur pensée de se diffuser.

la marque typographique à l'ancre et au dauphin qu'il a créée :




118657721


La giostra degli scambi













9 commentaires:

  1. Quand tu dis qu'il faut une certaine attention, est-ce que cela signifie qu'il est difficile ou ennuyeux ? Sinon, je trouve le thème très intéressant !

    Je vois que tu continues le challenge Italie ! Connais-tu des livres qui se passent à Rome ? d'auteurs italiens si possible ou d'autres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas au sens ennuyeux, mais au sens d'effort intellectuel pour certains passages ( ce qui n'est pas un mal!)
      Pour Rome, ce n'est pas la ville pour laquelle j'ai le plus de titres, je dirais le piéton de Rome, anges et démons, tenebra Roma...

      Supprimer
  2. Je trouve tes choix de lecture très divers et intéressants ! Merci de ta participation :) une Comète
    T

    RépondreSupprimer
  3. Tu as l'art de trouver des livres qui sortent des sentiers battus !

    RépondreSupprimer
  4. Il y a un article consacré à Venise dans Lire ce mois-ci. Tu en parles bien parce que je ne me serais pas dirigée spontanément vers ce livre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info, je vais faire un tour en librairie !

      Supprimer

Comments system