mardi 13 février 2018

Les Inséparables Ladislas Chollat Valérie Karsenti Didier Bourdon

Une pièce de Stephan Archinard et François Prévôt-Leygonie
Adaptation et mise en scène Ladislas Chollat


Avec Didier Bourdon, Valérie Karsenti, Thierry Frémont, Pierre-Yves Bon, Elise Diamant

Assistant mise en scène Eric Supply
 Scénographie Emmanuelle Roy, Lumières Alban Sauvé
Costumes Jean-Daniel Vuillermoz, Musiques Frédéric Norel, Vidéo Nathalie Cabrol
 https://theatrehebertot.com/les-inseparables/

La présentation du théâtre :
Gabriel Orsini est un peintre renommé en pleine crise existentielle. Dans sa vie, tout fout le camp : faute d’inspiration, il ne peint plus depuis des lustres, malgré le soutien sans faille de Maxime, son fidèle galeriste. Il ne supporte plus sa compagne Célia, qu’il juge trop attentive. Il en veut aussi terriblement à Abel, son fils unique né d’un premier mariage désastreux, d’être devenu trader à New-York… suivant ainsi la voie de Samuel Orsini, le grand-père banquier de Gabriel. Né de père inconnu, et orphelin de mère, Gabriel a été élevé par Samuel, un grand-père austère et implacable, à qui il a toujours voué une haine sans limite.
Or, à la veille de ses 50 ans, qu’il s’apprête à ne surtout pas fêter, Gabriel reçoit un cadeau inattendu de la part d’une mystérieuse inconnue : un magnifique duplex entre Montparnasse et Saint-Germain des Prés.
Comme il passe la porte de cet atelier d’artiste hors du commun, Gabriel, accompagné de son galeriste Maxime et de son fils Abel, est aussitôt ébloui par la lumière. Mais ce qu’il ignore encore, c’est que cette lumière vient de son passé et qu’il s’apprête à remonter le temps…


photos
https://www.facebook.com/lavantscenetheatreonline/
et issues de la vidéo de la bande annonce du spectacle

 Mon petit mot 

Une pièce à découvrir!

J'y allais pour Valérie Karsenti, vue plusieurs fois au théâtre, et jamais déçue, cela se confirme !



Première bonne surprise à l'ouverture du rideau, le décor, qui va dévoiler toute sa richesse scènes après scènes.
Sur deux niveaux, un appartement entier virevolte et offre de multiples points de vue.

En fond de scène, la vue par les fenêtres varie au fil des époques, puisque la pièce alterne années 1950 / de nos jours.
Montparnasse quitte ses airs de village pour les tours, la vue change aussi au fil des saisons ou des heures de la journée, le temps qui passe, le temps qu'il fait... l'ensemble est très réussi, on passe avec aisance d'une époque à l'autre !



Mais le décor ne fait pas tout, et l’interprétation est tout aussi séduisante.
Didier Bourdon campe deux personnages avec conviction, Valérie Karsenti (avec un petit accent slave qui surprend mais qui va très bien à son rôle ) est très touchante, les scènes en particulier autour des statuettes des fameux oiseaux inséparables ne laissent pas insensibles (en particulier la dernière...), c'est dans cette époque où l'émotion est la plus présente .
Le reste de la distribution tout comme la mise en scène est tout aussi efficace ! 

Et puis il y a l'histoire, cette alternance d'époques qui tient le spectateur en haleine au fur et à mesure que les pièces du puzzle se mettent en place (juste un bémol peut-être sur la scène d'ouverture, je suis vraiment entrée dans l'histoire avec le premier changement d'époque).



Très vite, une première question se pose : pourquoi ce grand-père que l'on découvre si charmant dans les années 50 est-il devenu l'homme détestable dépeint par son petit-fils? Comment a-t-il pu à ce point changer ? Et bien sûr qui est cette femme qui vient de lui léguer cet atelier?

Une parenthèse, j'ai beaucoup aimé les portraits que l'on découvre au fil de la pièce, dessinés par la scénographe Emmanuelle Roy, de très belles réalisations!


Peu à peu, de multiples détails font sens... , une bouteille de champagne non débouchée, ces tableaux qui hantent l'appartement, une carte postale d’Égypte, un journal... tout a son importance!

D'indices en révélations, on touche à des questions de transmission, de liens familiaux, du rapport à la création, à l'art, à la liberté, aux choix de vie et à leurs conséquences sur plusieurs générations.

Il y a des passages drôles, d'autres beaucoup plus graves, l'ensemble m'a convaincue!
Bref, à voir!




A réécouter pour en savoir plus :
https://www.franceinter.fr/emissions/la-bande-originale/la-bande-originale-07-fevrier-2018



2 commentaires:

  1. oui moi aussi je veux le même duplex !
    une bonne surprise de ce début d'année, mais à éviter les sorties seniors !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les mamies de derrière qui faisaient leur commentaire à voix haute, très désagréable! Mais un plaisir de partager cette sortie avec toi!

      Supprimer

Comments system