mardi 27 février 2018

LE CID Pierre Corneille / Yves Beaunesne #Tours

de Pierre Corneille
mise en scène Yves Beaunesne
dramaturgie Marion Bernède, assistanat mise en scène Marie Clavaguera-Pratx, Pauline Buffet scénographie Damien Caille-Perret, lumière Marie-Christine Soma
 création musicale Camille Rocailleux
 costumes Jean-Daniel Vuillermoz, réalisation costumes Christine Brottes Isabelle Reffad Alicia Maistre création maquillages et coiffure Catherine Saint-Sever

Avec 
Don Fernand, premier Roi de Castille Julien Roy
Doña Urraque, Infante de Castille Marine Sylf
Don Diègue, père de don Rodrigue Jean-Claude Drouot
Don Gomès, Comte de Gormas, père de Chimène Eric Challier
Don Rodrigue, fils de Don Diègue et amant de Chimène Thomas Condemine
Don Sanche, amoureux de Chimène Antoine Laudet
Don Arias, gentilhomme castillan Maximin Marchand
Chimène, fille de Don Gomès Zoé Schellenberg
Léonor, Gouvernante de l’Infante Eva Hernandez
Elvire, Gouvernante de Chimène Fabienne Lucchetti


Présentation du théâtre :

Honneur ou amour ? Rodrigue et Chimène s’aiment. Mais suite à une querelle entre leurs pères, le jeune homme tue celui de sa promise. Chimène réclame la tête de son amant. Mais sa résolution est mise en péril par l’amour secret qu’elle continue de vouer à Rodrigue.

Pièce phare de Corneille, œuvre maîtresse du théâtre français, Le Cid met face à face deux générations. D’un côté, la jeunesse fougueuse, passionnée, naïve peut-être. De l’autre, la vieille garde, les figures tutélaires et leur rigueur inflexible.

Entre ivresse et torpeur, les héros se débattent. Pétris de doutes et d’hésitation, ils oscillent entre la rive d’un amour trop fort, et celle d’un devoir prégnant. Faut-il trahir l’héritage familial ? Ou renoncer à une passion ardente ? La tension qui découle du dilemme cornélien reste aujourd’hui encore vertigineuse.

Ce vertige, Yves Beaunesne le retrouve d’abord par la langue et l’expérience sensible et rythmique de l’alexandrin. Mais sa quête s’inscrit aussi dans la recherche du plaisir esthétique. Dans une mise en scène inspirée de la peinture du Siècle d’Or espagnol, qui laisse une belle place à la musique, le spectacle porte l’œuvre cornélienne à incandescence, alliant sobriété des décors, majesté des costumes, feu du verbe.
http://cdntours.fr/spectacle/le-cid

Mon petit mot

Quel beau spectacle !

A l'heure des revisites en tout genre, parfois très réussies, donnant un nouvel éclairage ou de nouvelles perspectives sur un texte, parfois...moins, ici, le parti pris est différent.
Une superbe scénographie, les costumes, les lumières, ce parquet et ce décor de fond.... une véritable plongée dans l'Espagne arabo-andalouse.

Le "prologue", une image figée de quelques secondes, donne le ton, nous entrons dans le tableau... et la musique (car les comédiens sont aussi excellents chanteurs) complète parfaitement cette immersion.

Pour le reste, une grande sobriété, qui met en avant le texte,  la beauté de l'alexandrin, ces répliques si attendues, si connues, dont on redécouvre le sens tant elles semblent si naturelles.

Le roi et Don Arias apportent une touche d'humour et de légèreté, l'Infante de passion et de folie, Don Diègue de majesté, et Rodrigue et Chimène font un excellent duo.
Le reste de la distribution est au diapason, bref, un spectacle à voir!




6 commentaires:

  1. Il parait que c'était complet!
    Il y a qq temps j'ai vu l'opéra Le cid, épatée des passages entiers issus de la pièce d'origine (je retrouvais mes cours de français!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le jour où j'y étais, c'était en effet ultra-plein (ça fait plaisir d'ailleurs!), je ne connais pas du tout la version opéra!

      Supprimer
  2. Je crois que Le Cid est mon premier souvenir ébloui de théâtre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que ceux qui l'auront vue dans cette production auront un bon souvenir!

      Supprimer
  3. Que je t'envie ! J'aimerais tant voir ce spectacle. J'ai vu Le Cid au festival mais la mise en scène était plutôt parodique. C'était amusant, bien sûr, mais j'aimerais voir autre chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela fait du bien je trouve ce genre de spectacle!

      Supprimer

Comments system