samedi 10 février 2018

La cité royale de Loches sous la neige


Après la forêt, la ville!

Le soleil avait fait son apparition jeudi midi, magnifique pour la vue, moins pour le manteau blanc qui fondait à vue d'oeil, mais il en restait suffisamment pour transformer complétement certains monuments et rendre le tour de la cité très agréable!

Pour s'y repérer :


Une première vue sur la ville depuis la place de Verdun avec l'église Saint-Antoine au premier plan:
Légèrement à droite, l'église Saint-Ours dans la Cité royale dont on aperçoit la porte du même nom à droite.


Le donjon de Loches est un château fort, avec des constructions depuis la première moitié du XIe siècle, jusqu'au XVe siècle. La place forte fut transformée en prison royale par Louis XI. Foulques Nerra y élève la tour maîtresse à partir de 1013, et les fortifications vont se multiplier au cours des siècles suivants .La tour maîtresse du donjon mesure 36 mètres de haut


 Les nouveaux gardiens du lieu!








Le logis royal de Loches est un château, de la fin du Moyen-Âge, bâti sur la pointe nord de l’éperon rocheux dominant la vallée de l’Indre, à près de 300 mètres du donjon. Le logis royal est l’une des résidences favorites des Valois à la fin de la Guerre de Cent Ans.
Charles VII réside dans le premier corps de logis, construit vers 1370/1380 par Louis Ier d'Anjou. Charles VIII et Louis XII le prolongent d’un deuxième bâtiment de style gothique flamboyant. Trois femmes illustres ont marqué l’histoire du logis royal : Jeanne d’Arc, Agnès Sorel, favorite de Charles VII, et Anne de Bretagne. François Ier est le dernier roi à y séjourner régulièrement.

 A gauche la Tour Saint-Antoine (voir plus bas)
 vu d'en bas, côté porte des Cordeliers




L'église Saint-Ours dont l'architecture est marquée par deux pyramides creuses à huit faces, les « dubes », élevées vers 1165, ainsi que par son portail polychrome sculpté de personnages et d’animaux tirés du bestiaire du Moyen Âge.
Elle renferme, depuis avril 2005, le tombeau de marbre d'Agnès Sorel.



Une bonne partie du rempart entourant la cité royale est encore visible, la porte Royale est la seule issue permettant l’accès à la Citadelle. Cette porte date des XIIe et XIIIe siècles et a été complétée au XVe siècle par un corps de bâtiment central et une terrasse à canons.
Au pied du rempart avant la porte Royale:
 La Maison Lansyer : ancien domicile du peintre Emmanuel Lansyer qui expose des objets lui ayant appartenu et d'autres objets relatifs à l'histoire de Loches
La porte royale


Dans la cité, on trouve un jardin qui offre un beau point de vue sur la ville basse et la vallée de l'Indre.


 De l'autre côté de l'Indre en cru, Beaulieu les Loches



Au fil des rues de la Cité



La statue de Pierre le Grand , par Mihaïl Chemiakin.


La Tour Saint-Antoine : ancien clocher de la chapelle Saint-Antoine, elle fait aussi office de beffroi de la ville. Elle culmine à 52 mètres , construite entre 1529 et 1575, elle est le seul beffroi Renaissance de Touraine

 La statue de bronze d'Alfred de Vigny, né à Locches, réalisée en 1909 par François Sicard, se trouve sur la Place de la Marne.



La Porte des Cordeliers : ouverte au XVe siècle dans la troisième ceinture de remparts de la ville, la Porte des Cordeliers était munie de deux ponts-levis franchissant le bief de l'Indre. Elle laissait entrer les voyageurs venus par la route d’Espagne. Son nom lui vient de la proximité du couvent des Cordeliers.
Recto: 
 verso



La Porte Picois est l'une des quatre portes de l'enceinte de la ville basse construite au XVe siècle et se caractérise par son système défensif avec pont-levis, herse et mâchicoulis.



Les derniers flocons!

 
Bref, un beau décor pour une belle ville!

12 commentaires:

  1. C'est beau Loches, même sans la neige.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne connais pas du tout cette ville, et tes photos me donnent envie de la découvrir ! C'est beau sous la neige !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu à l'écart des circuits classiques des châteaux de la Loire mais à découvrir !

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup l'expression tourangelle : on n'est pas rendu à Loches !

    RépondreSupprimer
  4. ET dire que j'y étais à la Noël ! Je l'ai visité avec mes petits-enfants qui ont été ravis surtout le petit chevalier de 4 ans qui a envoyé de l'huile bouillante du haut des remparts du donjon, essayé d'enlever la grille placée sur les ouvertures des mâchicoulis et soulever les boulets de canon en pierre mais heureusement vainement !
    On avait loué un gîte près de là. Où habites-tu par rapport à Loches.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une super visite pour les enfants ( et les grands !)je t'envoie un mail !

      Supprimer
  5. Très beau ! ouf, moi, j'ai échappé à la neige, je déteste le froid...

    RépondreSupprimer

Comments system