mercredi 14 février 2018

Guérisseur Brian Friel #Lucernaire

de Brian Friel, adaptation : Alain Delahaye 
Mise en scène de Benoit Lavigne 
Avec Xavier Gallais ou Thomas Durand, et Bérangère Gallot, Hervé Jouval


Le « fantastique » Frank Hardy, qui guérit par l’imposition de ses mains sillonne les villages reculés d’Écosse et du Pays de Galles.
Avec sa compagne Grace et son imprésario Teddy, il assure chaque soir le spectacle de ses dons exceptionnels, recourant au whiskey pour calmer ses angoisses. De retour en Irlande, dans un pub de Ballybeg , la vie de ses trois saltimbanques va soudainement basculer …

Crée en 1986 au Lucernaire par Laurent Terzieff et jamais rejouée depuis Guérisseur fait de nouveau entendre la voix de Brian Friel, le Tchekov Irlandais dans cette pièce mystérieuse et envoutante. Mise en scène par Benoit Lavigne, dans l’intimité de la salle Paradis et porté par une magnifique distribution dont Xavier Gallais, c’est un voyage entre mensonges et vérités, rires et larmes, fictions et réalités. Histoire d’amour et de mort, exploration du pouvoir de l’artiste, récit croisé de trois solitudes Guérisseur est une œuvre théâtrale poétique et fascinante.

Mon petit mot

Deuxième pièce vue à Paris, dans la petite salle perchée au sommet du Lucernaire, au Paradis.
Contraste saisissant avec le décor des Inséparables, ici, quelques chaises, une bannière, un travail de lumière... et tout repose sur les comédiens. (Xavier Gallais dans le rôle titre le jour où nous y étions)


La structure de la pièce est marquante : trois personnages défilent les uns après les autres devant nous pour nous livrer en 4 monologues leur version de la vie du fameux "Guérisseur".
Et force est de constater que les avis sont plutôt divergents!

Qui ment, qui dit la vérité?
Peu importe. De nombreuses zones d'ombre demeurent jusqu'au bout, le personnage restera incernable. (Ne faites pas comme moi, soyez très attentifs dès le début, il me faudrait relire le premier monologue maintenant, je suis sûre que j'ai loupé des choses! J'ai eu besoin d'un temps d'adaptation avant de me laisser embarquer! )

Beaucoup d'images naissent à  l'esprit en les écoutant, des routes d'Ecosse, du Pays de Galle, d'Irlande, ces églises ou pubs, on est ailleurs...
La dernière réplique laisse le public silencieux, on en sort songeur, interrogatif... 

 Un texte à lire, un auteur à redécouvrir!


photos
http://www.arts-chipels.fr/2018/02/guerisseur.un-irlandais-a-la-derive-dans-le-bateau-ivre-de-la-poesie.un-fantastique-voyage-immobile.html

2 commentaires:

  1. Je ne pense pas que j'y retournerai un jour... je salue le travail et l'intensité des comédiens, mais ce fut ardu !

    RépondreSupprimer

Comments system