dimanche 21 janvier 2018

Éparse, Lisa Balavoine

Lattès
Voici un livre qui mérite bien son titre!


Un premier roman étonnant... roman ... pas vraiment d'ailleurs, le choix narratif est différent et fait tout l'intérêt et l'originalité de ce texte. 

Recueil de pensées, de souvenirs, sous forme de listes souvent, entrecoupées de paroles de chansons (on trouve la bande originale d'ailleurs à la fin) , de films et autres instantanés de la vie quotidienne , entre amours, enfants, séparation, relations compliquées avec sa mère, ainsi que des définitions de mots inventés, le principe m'a séduite!

A travers eux, par bribes, on découvre la vie d'une quarantenaire divorcée, je pense que les lectrices d'un âge voisin s'y retrouveront beaucoup, les mêmes souvenirs musicaux peut-être, les mêmes situations, de la rencontre amoureuse aux soucis de la garde alternée ... et le cas particulier devient miroir... 

Pour les autres, de quoi passer également un bon moment de lecture, il y a de l'humour, beaucoup d'auto-dérision, et des personnages franchement attachants!



Présentation de l'éditeur


À travers une série de fragments, Lisa Balavoine – la quarantaine, divorcée et mère imparfaite de trois enfants – fait le tour de son existence comme on fait le tour du propriétaire, et signe le roman espiègle et nostalgique de toute une génération.
Convoquant la mémoire de chansons, de films, d’événements emblématiques des années 80 à aujourd’hui, entremêlant souvenirs de jeunesse et instantanés de sa vie quotidienne, elle fait de son histoire intime un récit dans lequel chacun peut se reconnaître. Car les questions qu’elle pose (sur l’éternel recommencement de l’amour, sur les héritages et la transmission…) sont les nôtres. Car ses doutes, ses joies, ses peines fugaces ou durables, nous les connaissons. Car les inventaires audacieux qu’elle propose (description à la Perec d’un tiroir de salle de bain, arguments pour ou contre la vie de couple, liste de ses phobies, déclarations d’amour aux acteurs qu’elle a aimés…) nous renvoient à nos propres obsessions.
Telle est la prouesse de ce livre : à mesure que l’auteur rassemble les morceaux de son puzzle personnel et tente l’autopsie de la première moitié de sa vie, c’est le lecteur qui se redécouvre lui-même.



challenge1

8 commentaires:

  1. Envie de sourire un peu, je note ce titre !

    RépondreSupprimer
  2. je passe, j'ai besoin de romans consistants

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et du coup, grâce à ce livre qui en parle, j'ai attaqué "La serpe"!

      Supprimer
  3. Oups tu ne sembles pas enthousiaste. J'ai vu que leiloona en a fait un coup de coeur, je l'avais noté, mais ce que tu en dis me fait hésiter !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mon avis est tout de même positif, rien que pour l'originalité de la construction!

      Supprimer
  4. Quarantenaire divorcée, ça m'a l'air de me ressembler beaucoup, ça!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. alors ça devrait te parler d'autant plus!

      Supprimer

Comments system