samedi 30 décembre 2017

My fair lady Frederick Loewe #Tours

La comédie musicale des fêtes!
Pour terminer l'année en beauté à l'opéra de Tours. Un décor et des costumes qui en mettent plein la vue, des claquettes, de la danses, un moment très sympathique en cette période de fêtes!

Paroles et livret d'Alan Jay Lerner , d'après la pièce Pygmalion de George Bernard Shaw (1914)

Direction musicale : Benjamin Pionnier
Mise en scène & décors : Paul-Émile Fourny
Costumes : Dominique Burté
Lumières : Patrice Willaume
Chorégraphies : Élodie Vella et Jean-Charles Donnay

Eliza Doolittle : Fabienne Conrad
Henry Higgins : Jean-Louis Pichon
Colonel Hugh Pickering : Philippe Lebas
Alfred P.Doolittle : Olivier Grand
Freddy Eynsford-Hill : Scott Emerson
Mrs Higgins / Miss Hopkins : Coco Felgeirolles

Choeur de l'Opéra de Tours
Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

La mythique comédie musicale créée à Broadway nous emmène des bas-fonds de Covent Garden à la haute société londonienne. D’après le Pygmalion de George Bernard Shaw, et immortalisée par Audrey Hepburn et Rex Harrison au cinéma, cette œuvre drôle et féroce aborde aussi le statut de la femme dans l'Angleterre du XlXe siècle.

Mon petit mot

J'avais vu il y a quelques années Pygmalion au théâtre (avant le blog, avec une belle distribution : Barbara Schulz et Nicolas Vaude, dont je garde un excellent souvenir !  ), mais je n'ai pas vu le fameux film avec Audrey Hepburn, je découvrais donc ici la version comédie musicale.
Le texte et les parties chantées sont en français, pas de problème de compréhension. 

Sous la légèreté apparente, des forts thèmes de société et de morale, c'est une pièce qui irrite, qui questionne, et l'on retrouve ici tout ce questionnement. Et franchement, qu'il est détestable ce Higgins par moment ! (d'ailleurs, on réagit dans le public, ça fonctionne!)

Une belle distribution, des chanteurs, mais aussi des comédiens de Tours, tel Philippe Lebas, qui m'avait laissé un excellent souvenir en comte de Guiche dans Cyrano .

Décors (cette maison tournante sur deux étages restera en mémoire) , costumes, numéro de claquettes, chorégraphies du choeur, du grand spectacle, cela fait du bien aux yeux!



Photo



4 commentaires:

  1. Ah oui la maison qui tourne, et permet la si belle dernière scène 'dehors puis dedans'
    J'ai adoré quand le public a gentiment hué Higgins!
    Bref, un spectacle parfait pour les fêtes
    keisha

    RépondreSupprimer
  2. Moi je viens de voir la version mise en scène par Jean Liermier (produite par l'opéra de Marseille et l'opéra de Lausanne). Mon conseil : n'y va pas ! Pas de claquette, c'est mis en scène de façon plate, comme un truc de la IIIe République. Un beau spectacle mais rien de plus. Du coup, je t'envie un peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage en effet ! J'en apprécie encore plus la version que j'ai vue!

      Supprimer

Comments system