mardi 14 novembre 2017

Angelica Kauffmann

Le voyage à Vienne a été aussi l'occasion de redécouvrir des artistes et m'a donné envie de m'intéresser davantage à certaines, telle Angelica Kauffmann, née le 30 octobre 1741 à Coire et morte le 5 novembre 1807 à Rome, l'une des femmes peintres et portraitistes les plus célèbres du XVIIIe siècle.
 Au belvédère de Vienne :
Lord John Simpson, 1773


Fille d'un peintre autrichien, Johann Joseph Kauffmann, qui à l'époque était peintre de la cour de l'évêque de Coire, elle s'exerça fort jeune à la peinture.
En 1752, sa famille s'installa à Côme, où le père devint peintre du comte de Salis. Elle peignit son premier autoportrait en 1753, à l'âge de douze ans.

Angelica Kauffmann partit entre 1757 et 1759 pour Meersburg et Tettnang, où elle fit entre autres les portraits du prince-évêque de Constance, du cardinal von Rodt, et des membres de la famille du comte de Montfort.
En 1762, elle fut nommée à Bologne membre d'honneur de l'Accademia Clementina di Bologna et obtint le diplôme de l'Accademia di Disegno.
En voyage à Naples, elle fit plusieurs copies au Palazzo Capodimonte et remercia le roi de Naples, encore enfant, par un portrait. Elle fut lancée à Naples par les nombreux Anglais qui s'y trouvaient.


Portrait de Ferdinand IV, roi de Naples,et de sa famille 1783


Elle fit le portrait de l'acteur David Garrick en séjour à Naples qui fut tellement satisfait du tableau qu'il permit au père d'Angelica Kauffmann de l'envoyer à Londres à l'exposition de la Society of Artists.David Garrick

 Ce tableau fit le début de sa renommée à Londres.



1764, le portrait du l' archéologue et historien d'art Johann Joachim Winckelmann

En 1765, Angelica Kauffmann fut acceptée comme membre de l'Accademia di San Luca de Rome.
C'est à l'invitation de Lady Wentworth que son père et elle se rendirent à Londres, où elle acquit une grande réputation.
Elle fut un des membres fondateurs de la Royal Academy en 1768.

Elle épousa en juillet 1781 (à Londres) le peintre vénitien Antonio Zucchi (1726-1795) qui, comme elle, avait connu le succès en Angleterre avant de se retirer dans les États pontificaux.

autoportrait


En novembre 1782, Angelica Kauffmann et son mari achètent un atelier à Rome près de la Trinité-des-Monts.  L'empereur Joseph II est venu en invité d'honneur, ainsi que le prince héritier de Bavière, la duchesse de Saxe-Weimar (l'un des esprits les plus éclairés de son temps), Goethe (en 1787), ou encore Herder (en 1788 et 1789). Ce dernier qualifie Angelica Kauffmann de « femme la plus cultivée d'Europe. »


Portrait du 12e comte de Derby, avec sa première épouse Elizabeth Hamilton et leur fils Edward, v. 1776


Son mari Antonio Zucchi meurt en 1795 et ensuite elle vit retirée, peignant de plus en plus de toiles à sujets religieux.



Elle meurt le 5 novembre 1807 et est enterrée à l'église Sant'Andrea delle Frate (Rome).

Ariane abandonnée 1774


 

2 commentaires:

  1. Plus difficile de connaître les femmes peintres que les hommes et pourtant elles sont moins nombreuses ! Je n'aime pas particulièrement la peinture du XVIII siècle mais c'est vrai que Angelica Kaufmann tient son rang parmi les portraitistes des grands !

    RépondreSupprimer

Comments system