samedi 28 octobre 2017

Tenebra Roma de Donato Carrisi #RL2017

 Traduction : Anaïs Bouteille-Bokobza

Rome va plonger dans les ténèbres pendant 24 heures, toutes les lumières de la vile vont s’éteindre. Dès le crépuscule, un tueur de l’ombre se met à frapper, aucun habitant n’est à l’abri, même enfermé à double tour. Crime après crime, le mal rejaillit sous sa forme la plus féroce.
 Marcus, pénitencier qui a le don de déceler les forces maléfiques, échappe de peu à ce bourreau mystérieux. Mais qui a pu lui vouloir une mort si douloureuse ? Epaulé par Sandra, photographe de scènes de crime pour la police, il doit trouver la source du mal avant qu’il ne soit trop tard...


Mon petit mot

Dans le cadre de la semaine italienne, Martine nous invitait à une lecture ayant pour cadre la ville de Rome, et venant de lire le résumé du nouveau roman de Donato Carrisi... le choix a été vite fait!

Il s'agit du troisième volume de la série mettant en scène Marcus, je n'ai toujours pas lu le premier, mais j'ai lu le précédant : Maléfico. J'imagine que les lire dans l'ordre permet de mieux apprécier l'évolution des personnages du pénitencier et de Sandra, mais on peut aussi les lire indépendamment (même si dans celui là on ne revient que de façon très furtive sur le passé des deux protagonistes, il faut peut-être mieux ne pas commencer directement par celui là)

Comme Malefico, Tenebra Roma mérite bien son nom, c'est sombre, et pas seulement parce que l'électricité est coupée!
Autant "La fille dans le brouillard" avait été moins violent, autant ici on retrouve toute la noirceur de la série. Un compte à rebours, une ambiance "fin du monde", entre déchainements des forces naturelles et des pires bassesses humaines, on est loin de la Dolce Vita!
Et pourtant, on arpente Rome,  du Vatican aux sous-sols, des palais aux couloirs de métro, la ville éternelle ... ou pas, tant elle semble fragile tout à coup, est presque un personnage à part entière de ce roman!

Il y a quelque chose d'à la fois oppressant et haletant dans l'écriture qui le rend "in-fermable" avant d'avoir lu la dernière page (et l'on se doute qu'il y aura surement une suite aux aventures des héros!)

Mes autres lectures de l'auteur;



La fille dans le brouillard Donato Carrisi (qui reste mon préféré de cet auteur)

Dans le cadre des




Bientôt la Semaine italienne

10 commentaires:

  1. J'avoue que le coté oppressant me fait peur, ce n'est pas du tout un argument qui m'incite à me lancer ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si tu ne connais pas cet auteur, je te conseillerais plutôt La fille dans le brouillard, plus soft!

      Supprimer
  2. Je l'ai reçu cette semaine et ne vais pas tarder à le lire. Ton avis m'y invite vraiment. Merci pour cette nouvelle participation, Eimelle !

    RépondreSupprimer
  3. Un auteur que j'apprécie, je trouve ses romans addictifs.

    RépondreSupprimer
  4. j'ai déjà été tellement écoeurée une fois par un roman de cet auteur (Le Chuchoteur) que j'ai du mal à y revenir, vraiment du mal...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est pour ça que j'avais préféré La fille dans le brouillard!

      Supprimer
  5. Un livre "infermable ", j'adore ça ! Mais en général j'y passe la nuit !

    RépondreSupprimer

Comments system