lundi 21 août 2017

Vienne Schönbrunn

Un palais accessible en métro depuis le centre de Vienne dont il n'est guère éloigné, un vaste jardin, un café où déguster quelques douceurs typiques (j'y reviendrai plus tard!)... incontournable!


Le nom Schönbrunn est attribué à l'empereur Matthias, qui aurait découvert lors d'une excursion à la chasse une source particulièrement belle (en allemand, schöner Brunnen « belle fontaine »). Au cours du siècle suivant, la famille impériale s'en servit comme résidence d'été, mais les invasions turques entraînèrent sa quasi-destruction.

La défaite ottomane de 1683 ouvrit une période de paix propice aux grands travaux. L'empereur Léopold Ier confia à l'architecte Johann Bernhard Fischer von Erlach la conception d'un nouveau château qui se voulait le Versailles autrichien
Sur les ordres de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche, l'architecte Nikolaus Pacassi redessina le château dans un style rococo.
Au XIXe siècle, l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche laisse sa marque sur Schönbrunn. Il y passa la majeure partie de sa vie et y mourut en 1916. Le château était sa résidence d'été (la Hofburg étant celle d'hiver). Plusieurs pièces gardent également le souvenir de son épouse, l’impératrice Elisabeth dite Sissi.
Après la chute de Napoléon, l'archiduchesse Marie-Louise et son fils, le roi de Rome, partirent pour Vienne. L'enfant vécu dans un quasi isolement au château de Schönbrunn où il mourut en 1832, à l'âge de 21 ans.



Bref, une visite idéale pour mieux saisir l'histoire de l'Autriche, tout en profitant du cadre somptueux!
Les jardins à la française du parc furent dessinés en 1695 par un élève de Le Nôtre, Jean Tréhet. Le parc comprend de fausses ruines romaines et une orangerie, apanage des palais de grand luxe de cette époque.

Le sommet du parc est occupé par la Gloriette, édifice de style néo-classique, dessinée par Ferdinand von Hohenberg, d’où l’on dispose d’une vue panoramique sur le château et sur la ville de Vienne.


Fondé en 1752, le zoo de Schönbrunn est le plus ancien zoo du monde. Le pavillon où les Habsbourg venaient observer les fauves a été conservé. C'est l'un des rares zoos au monde à abriter des pandas géants.

En route pour la gloriette!
La fontaine de Neptune


Depuis la Gloriette






  • 42 pièces, sur les 1 441 que compte le château, sont ouvertes au public parmi lesquelles :
  • La Grande galerie qui servit de cadre à des banquets officiels jusqu'en 1994 ;
  • Le Salon Vieux-Laque, aux murs ornés d'estampes chinoises
  • Photos interdites dans le château, mais autorisées dans le musée des carrosses, celles ci viennent du site du château


  • La Salle du Petit Déjeuner aux murs ornés de 26 médaillons de fleurs brodés par Marie-Thérèse et ses filles
  • La Chambre de Napoléon où mourut le roi de Rome.


  • Chambre de François Joseph

  • Le salon des porcelaines aux boiseries peintes.
  • Le salon rouge avec le portrait de Marie-Léopoldine, fille de François Ier de Habsbourg-Lorraine, empereur romain germanique (sous le nom de François II) et de Marie-Thérèse de Bourbon-Sicile, sœur cadette de Marie-Louise épouse de Napoléon Ier . Elle part en 1817 à bord de la frégate SMS Augusta pour le Brésil, afin d'épouser Pierre de Bragance (1798 † 1834), roi du Portugal et empereur du Brésil. Ils auront 7 enfants. Elle meurt à 29 ans, alors qu'elle était enceinte, la rumeur accuse son mari de l'avoir tuée. 







    Le musée des voitures impériales
    Cette célèbre et remarquable collection comporte entre autres la voiture impériale, vraisemblablement construite pour le couronnement de Joseph II en 1764 et utilisée depuis pour divers couronnement royaux et impériaux de membres de la famille des Habsbourg. Ce carrosse richement décoré de sculptures sur bois dorées et de peintures de Franz Xaver Wagenschön était tiré par huit chevaux blancs. Toutefois, le poids total de plus de 4000 kg permettait seulement d'avancer au pas.
    On trouve également le carrosse d’enfant en or de l'Aiglon, la voiture-lit de voyage de l’empereur François Ier, le corbillard impérial ou encore des traineaux.
    Une partie est consacrée à la passion de Sissi pour l'équitation et les chevaux (selle d'amazone, portraits de ses chevaux, robe...)







    Et pour rentrer , une belle station de métro!





    4 commentaires:

    1. Réponses
      1. une des très belles visites de ce séjour!

        Supprimer
    2. Que de bon souvenirs.ainsi que mon passage dans ce très bon café de la commune

      RépondreSupprimer

    Comments system