jeudi 15 juin 2017

Maudit printemps de Antonio Manzini

Denoël, mai 2017
Trad. de l'italien par Samuel Sfez
Chiara Breguet, héritière d’une riche famille d’industriels du Val d’Aoste, étudiante brillante admirée de ses pairs, n’a plus donné de ses nouvelles depuis plusieurs jours. Persuadé que cette disparition est inquiétante, Rocco Schiavone se lance dans une course contre la montre pour sauver la jeune femme et découvrir ce que dissimule la façade impeccable de ce milieu nanti. Pendant ce temps, la neige tombe sur Aoste en plein mois de mai, et cette météo détraquée ne fait qu’exacerber la mauvaise humeur légendaire de Rocco.  



Mon petit mot

C'est le printemps dans le Val d'Aoste... mais il n'y a bien que sur le papier que cela y ressemble... humidité, froid, neige... le climat est au diapason de l'humeur de l'enquêteur, plutôt sombre!

J'avais lu l'année dernière le tome précédant,
http://lecture-spectacle.blogspot.fr/2016/04/piste-noire-antonio-manzini.html
où j'avais fait connaissance de ce Rocco peu sympathique... et pourtant attachant!

Si sa situation personnelle ne s'est guère améliorée (et le final de se volume laisse augurer que la suite ne sera pas plus rose, j'ai d'ailleurs été un peu frustrée par cette fin qui n'en est pas une et qui embraye sur une autre histoire), l'enquête est cette fois assez classique, un enlèvement sur fond de mafia et de trafics.
Pas toujours bien aidé par ses seconds (des passages franchement comiques grâce à certains), pas toujours dans les clous de la légalité, mais toujours efficace!

L'alternance des voix narratives donne du rythme, et l'ensemble tient la route! (mieux que certaines voitures dans cette région!)


Merci à Babelio et à l'éditeur pour cette lecture !
Livres contre critiques


Dans le cadre du






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system