samedi 20 mai 2017

rusalka Dvorak opéra de Tours

Reprise de la coproduction du Staatstheater de Nuremberg et de l'Opéra de Monte-Carlo

Direction musicale : Kaspar Zehnder
Mise en scène : Dieter Kaegi
Décors et costumes : Francis O'Connor   Lumières : Patrick Mééüs

Rusalka : Serenad Burcu Uyar
Le Prince : Johannes Chum
Ondin : Mischa Schelomianski
La Princesse étrangère: Isabelle Cals
Ježibaba: Svetlana Lifar
Le Marmiton: Pauline Sabatier
Le Garde Forestier : Olivier Grand
1ère Nymphe : Jeanne Crousaud
2ème Nymphe : Yumiko Tanimura
3ème Nymphe : Aurore Ugolin


Choeurs de l'Opéra de Tours
Orchestre Symphonique Région Centre-Val de Loire/Tours

 photos



Mon petit mot


J'avais eu un premier avant goût de cette production lors des portes-ouvertes de l'opération "Tous à l'opéra", dont j'étais sortie avec de multiples interrogations concernant le décor et les nombreux symboles (j'ai regretté qu'il n'y ait pas cette fois de temps de questions - réponses avec le public qui aurait peut-être permis de mieux comprendre et donc de donner encore plus envie de venir voir le "produit fini"! )
photo prise lors des portes ouvertes

 j'arrivais donc finalement assez sceptique pour les représentations... et fut très agréablement surprise!

De superbes visuels, l'eau, le feu, les univers des profondeurs et du palais du prince sont représentés de façon ingénieuse, entre féérie et baroque, et les différents éléments aperçus lors des répétitions prennent tout leur sens.

Je crois d'ailleurs que les scénographies seront pour moi l'élément marquant de cette saison, il me restera de très belles images en tête, bravo aux décorateurs, costumiers et autres éclairagistes!

dans le rôle de Rusalka,  Nathalie Manfrino était annoncée lors de la parution de la brochure de la saison, c'est finalement Serenad Burcu Uyar qui chante le rôle titre, une belle découverte pour moi!
Pour le reste, si le Prince ne m'a pas vraiment séduit, un coup de coeur pour Ondin : Mischa Schelomianski qui patauge allégrement dans son lac et a une belle empreinte vocale.

Un joli conte cruel, où l'amour est bien mal récompensé... La présence du ballet est un plus, dommage en revanche que le coeur ne soit pas présent sur scène.

Bref, au final, une agréable surprise... et l'envie de relire La petite sirène! 

Une représentation menacée par un préavis de grève déposé par les musiciens ( NR : Après avoir finalement levé le préavis de grève pour la  première de Rusalka, ce mercredi, le Syndicat Tourangeau des Artistes Musiciens CGT ainsi que le Syndicat CGT des Municipaux de Tours et du CCAS ont décidé de maintenir le préavis de grève pour les représentations de vendredi et dimanche. Un calendrier de négociations sur les salaires devait être établi avec la Ville de Tours.), espérons pour eux qu'une solution soit rapidement trouvée!


Et pour info,  le directeur Benjamin Pionnier, remplaçant de Jean-Yves Ossonce a été confirmé dans ses fonctions:
info Tours
 Ce qui était au départ un poste temporaire vient d'être pérennisé. "Les acteurs culturels ont apprécié sa politique d'ouverture qui se traduit par de nouveaux partenariats et de nombreuses complicités" souligne ce mercredi la ville de Tours qui confirme la reconduction de Benjamin Pionnier dans ses fonctions.
"A la suite d'une large publicité qui a connu un réel succès, les six candidats sélectionnés ont rédigé un projet artistique et culturel pour les saisons 2018/2019, 2019/2020, 2020/2021. Le projet de Benjamin Pionnier a été retenu par les collectivités partenaires du Grand Théâtre, toutes membres du jury. Au cœur de sa proposition se situent le développement de projets artistiques ouverts, l'association des forces vives du territoire, une ambition pour l'orchestre régional, une stratégie de développement et de diversification des publics" ajoute la municipalité.

4 commentaires:

  1. C'est un bel opéra, de beaux airs, j'avais vu la version sophistiquée à l'ONP avec Renée Flemming et une retransmission du MET de NY plus conventionnelle, mais je n'ai jamais été déçue par les voix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'était la première fois que je voyais cet opéra!

      Supprimer
  2. Une première pour moi également, j'y étais mercredi, et, ouf, pas d'annulation. Très belle surprise, l'opéra est magnifique, bien chanté (mention spéciale pour Ondin, une basse russe comme on les aime)(j'avais déjà entendu Ondine dans La reine de la nuit, sa tessiture). Mise ne scène de rêve, plein les yeux...
    keisha (qui attends la prochaine saison. tu as des infos?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un vrai coup de coeur pour Ondin aussi!
      Je n'ai pas d'info pour le moment pour l'année prochaine, croisons les doigts!

      Supprimer

Comments system