vendredi 6 janvier 2017

No Home par Yaa Gyasi


 Calmann-lévy; 01/2017 
 Effia et Esi ont beau être demi-soeurs, elles naissent dans deux villages rivaux du Ghana au plus fort de la traite des esclaves au XVIIIe siècle. La sublime Effia est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre conjugale surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l'océan traversé. Effia ignore qu'Esi est emprisonnée quelques mètres sous elle, avant d'être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves, dans des champs de coton puis dans des mines de charbon. La descendance d'Effia, métissée et éduquée, connaîtra une autre forme de souffrance: celle de devoir perpétuer le commerce triangulaire familial. De génération en génération, durant trois siècles, se tisse ainsi l'histoire d'une famille à l'arbre généalogique brisé par la cruauté de l'Histoire et des hommes.
Naviguant talentueusement entre réalité et fiction, nuit et lumière, Yaa Gyasi écrit le destin de l'individu pris dans les mouvements destructeurs du temps. De sa plume qui varie d'un continent à l'autre, elle dévoile une galerie de personnages bouleversants et inoubliables.
D'origine ghanéenne, elle part vivre aux États-Unis avec ses parents à l'âge de 2 ans. "No home", publié aux Etats-Unis sous le titre "Homegoing", est son premier roman. 

Mon petit mot

1er coup de coeur de lecture de l'année!

Une magnifique fresque historique et familiale, qui traverse les siècles et les continents, des années 1700 au Ghana à nos jours.

J'ai tout particulièrement apprécié les chapitres concernant les XVIII et XIX ème siècle, la vie de ces villages d'Afrique, face à l'arrivée de "l'homme blanc", les croyances, les rivalités, la place de la femme...  on s'attache très vite aux personnages, et quand un chapitre s'arrête pour laisser place à un descendant de ce personnage, il y a presque de la frustration de ne pas en savoir encore plus!
Il y a les couleurs et les parfums du Ghana, puis ceux des champs de coton, des mines de charbon ou de Harlem, le roman est très riche, très sombre parfois, mais il y a toujours une petite note d'espoir qui renait.

Mais peu à peu, les liens se font, et les thèmes évoluent avec l'avancée dans le temps, de la traite des esclaves aux discriminations actuelles, du Sud au Nord de l'Amérique.
Déracinement, identité impossible,  les blessures demeurent, générations après générations.


Un livre historiquement et sociologiquement important, traité d'une belle façon narrative.

Et je trouve la couverture française très réussie!

logo-challenge-rentree-litteraire-janvier-2017-micmelo-litteraire

dames de lettres

21 commentaires:

  1. Le thème me parle et me tente. Et je suis totalement d'accord avec toi pour la couverture !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai l'impression que les livres sur l'Afrique deviennent à la mode ! Chouette d'avoir déjà un coup de coeur :-)

    RépondreSupprimer
  3. Acheté hier ! Je lirai ton billet plus tard !

    RépondreSupprimer
  4. Le suhjet m'intéresse, je le note et regarde si il n'est pas téléchargeable en VO

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois que je ne serais pas capable de le lire en VO!

      Supprimer
  5. J'ai été un peu étonnée que ce livre ne soit pas sorti en France alors que c'était un bestseller en Pologne. C'est chose faite et maintenant je vais hésiter entre le polonais et le français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. curieux parfois les choix des éditueurs!

      Supprimer
  6. J'ai noté la référence moi aussi. Le sujet me tente beaucoup et effectivement la couverture est très réussie !

    RépondreSupprimer
  7. Ce roman me paraît très prometteur, je suis ravie de lire ton avis enthousiaste, je viens de le recevoir et j'ai hâte de le commencer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai eu beaucoup de mal à le lâcher!

      Supprimer
  8. A priori ce livre me tente par son thème. Mais comment est-il possible qu'une noire,à cette époque, devienne la femme d'un colon anglais?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est le propos de toute la première partie du livre, je ne peux pas en dire plus, à part, te conseiller de le découvrir!

      Supprimer
    2. pour répondre à la Claudaliucia, je lui conseille un film qui raconte l'histoire vraie d'un capitaine de marine anglaise qui avait eu une enfant avec une ancienne esclave. Il l'a confié à son père, alors Trésorier de la Couronne d'Angleterre. Des années plus tard, jeune adulte, la jeune femme s'interroge sur son sort - elle joue avec les autres enfants, est présenté au monde mais dine avec les servants. Puis elle tombe amoureuse d'un jeune avocat à la cour qui veut lutter contre l'esclavage. J'ai beaucoup aimé le film et j'ai été surprise de découvrir que c'est une histoire vraie et qui a été l'un des éléments déclencheurs pour la loi anti-esclavage en Angleterre.
      Et en Louisiane, les mariages interraciaux étaient très fréquents (les Créoles). Et sinon j'ai commandé ce livre (en anglais), ton billet m'a convaincue ! Je le vois depuis des mois sur les blogs anglophones.

      Supprimer
    3. Zut, la jeune fille en question s'appelait Dido Elizabeth Belle.
      Le film, magnifique, s'appelle Belle et est sorti en 2013.
      La fiche wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dido_Elizabeth_Belle

      Supprimer
    4. merci beaucoup pour toutes ces précisions!

      Supprimer
  9. Je viens de le lire et j'aurais juré avoir laissé un comm à l'époque (spam?)
    keisha

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. rien dans les spam pour cette fois! Depuis que tu es Anonyme, cela passe mieux.. mais il y a peut-être encore des bugs!

      Supprimer

Comments system