jeudi 26 janvier 2017

Ne parle pas aux inconnus, Sandra Reinflet #Lattès



« Ne parle pas aux inconnus », c’est ce que Camille entend depuis l’enfance. Elle ne rêve pourtant que d’aller voir ailleurs. N’importe où plutôt que ce canapé qui menace de l’engloutir comme il engloutit déjà les kilos de sa mère, campée devant la télé. Camille vit dans un pavillon neuf, c’est joli “pavillon”, à une lettre près ça s’envole sauf que sa famille n’est pas du genre à papillonner.
Perchée sur la pointe des pieds, Camille cherche une issue. Elle regarde au-delà des fumées d’usine, au-delà du Rhin, là où Eva se cache, peut-être. Depuis que son amoureuse polonaise a disparu, Camille a la nausée. Un pied dans l’enfance, un autre dans l’âge adulte, ça fout le vertige, surtout quand plus personne ne vous tient la main.
Au bord du vide, elle décide de faire le grand saut et de prendre la route, pouce en l’air, vers l’est et cet inconnu qu’on lui défend d’embrasser. D’Allemagne en Serbie, de Roumanie en Hongrie, elle va, au fil des rencontres, mettre ses peurs à la porte et interroger le lointain et le proche.
Un voyage dans l’inconnu au cours duquel elle croisera ces étrangers dont ses parents lui disaient de se méfier et qui tous, à leur manière, l’aideront à trouver ce qu’elle ne cherchait pas : elle-même.
Qui sont vraiment les étrangers autour de nous ? Les secrets les mieux gardés ne sont-ils pas les plus en vue ? Comment devenir adulte sans abandonner l’enfant en nous ?
Et si la famille était la plus grande inconnue ?

Mon petit mot

Un livre repéré chez Sabine, et je n'ai pas été déçue!

Ou quand une quête de l'autre devient une quête de soi...

Un roman initiatique aux allures de road movie en Europe de l'Est, pour revenir finalement à l'essentiel, au lieu de toutes les névroses, de tous le secrets, des manques mais aussi des points d'ancrage : la cellule familiale.

Il faut parfois partir pour mieux comprendre.
Couper le cordon pour mieux retrouver la mère.
Se libérer du poids des autres et des leurs angoisses.

J'ai beaucoup aimé l'écriture de ce roman, j'aurais pu noter une multitude de phrases, tant on se retrouve ou on retrouve ses parents dans les injonctions données ou le ressenti.

Il y a des sourires, des émotions, et l'envie folle de repousser les limites.
Prendre la porte de sortie plutôt que la porte d'entrée et partir à la découverte de l'autre, qu'il soit à des milliers de kilomètres... ou juste à côté!


C'était ma première rencontre avec cette auteure qui rejoint ma liste "à suivre"!


logo-challenge-rentree-litteraire-janvier-2017-micmelo-litteraire


dames de lettres

8 commentaires:

  1. Une jolie rencontre on dirait. Il pourrait bien me plaire ce roman.

    RépondreSupprimer
  2. Même coup de cœur et même envie de relever une quantité de phrases.
    Un coup de maitre pour un premier roman !

    RépondreSupprimer
  3. Je découvre ce premier roman, merci ML.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une des belles découvertes de ce mois!

      Supprimer

Comments system