vendredi 11 novembre 2016

Kuessipan Naomi Fontaine

Mémoire d'Encrier (2011)
J'aimerais que vous la connaissiez, la fille au ventre rond.
Celle qui élèvera seule ses enfants. Qui criera après son copain qui l'aura trompée. Qui pleurera seule dans son salon, qui changera des couches toute sa vie. Qui cherchera à travailler à l'âge de trente ans, qui finira son secondaire à trente-cinq, qui commencera à vivre trop tard, qui mourra trop tôt, complètement épuisée et insatisfaite. Bien sûr que j'ai menti, que j'ai mis un voile blanc sur ce qui est sale.
Un récit sans concession. La justesse du ton et de la voix. La parole belle, féconde et vraie. L'extrême humilité d'une réserve amérindienne. Des vies échouées au large d'une baie. La grandeur d'un peuple oublié. La condition humaine. Et une prose lumineuse.
 Naomi Fontaine a 23 ans. Innue de Uashat, elle vit à Québec. Kuessipan est son premier roman

Mon petit mot

Kuessipan n'est pas un roman, plutôt une suite de paysages, de rencontres, d'instants saisis, qui nous mènent à la rencontre d'une réserve canadienne.
Les lacs, les bleuets, les caribous, nous sommes ailleurs...

Il y a la langue d'abord, la culture ensuite, un vrai dépaysement.
Les traditions, un mariage, un décès, l'école, le rapport à la religion, le train, une multitude d’événements pour mieux saisir les particularités de ce groupe.

Et puis il y a la réflexion. Nous sommes loin de la carte postale.
Alcool, drogue, violence, jeunes filles enceintes... sombre... les questions de propriété aussi... la vie qui change, la chasse qui n'est plus au coeur de la vie, les repères qui manquent dans ce Canada du XXIème siècle.
Déracinement...
Un bel hommage à ce peuple et un livre qui donne envie d'en savoir plus et de chercher des images pour compléter la lecture!

Il parait que les hommes partaient à la chasse autrefois, des semaines durant, qu'ils revenaient vers leur femme avec de la viande pour des mois. Il paraît qu'une bonne pêche invitait à un festin tous les soirs de juin à septembre.
L'homme, même absent durant de longues périodes, était maître de sa maison ou de sa tente. Il paraît que ces hommes savouraient chaque retour avec la conviction du travail accompli, avec l'ardeur et la rigueur qu'apporte ce sentiment masculin de fierté d'être non seulement pourvoyeur, mais aimant envers sa famille.
Personne ne lui a dit comment aujourd'hui il pouvait être comme ceux-là. 


un livre écouté ici : livres-audio dans le cadre des

challenge femmes de lettres logo bannière

12 commentaires:

  1. Tu es en avance mais ce n'est pas grave. Merci pour ta participation à "Écoutons un livre".
    Je tenterai certainement d'écouter celui ce texte. Si ce n'est pas cette année, ce sera l'an prochain , pour Québec en novembre 2018.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il est assez court, j'ai bien aimé! J'aurais une deuxième écoute pour toi à venir!

      Supprimer
  2. Dans ma PAL depuis un petit moment, mais toujours pas lu hmm hmm... En le recevant, je me suis aperçue que ce n'était pas ce à quoi je m'attendais aussi... Ça viendra !

    RépondreSupprimer
  3. Les autochtones se mettent à écrire et j'aime ça. Qui donc peut mieux parler d'eux, d'elles que ces femmes porteuses de tradition ? J'aime Natasha Kanapé Fontaine et Virginia Pésémapéo Bordeleau, je découvrirai avec plaisir Naomi Fontaine
    .

    RépondreSupprimer
  4. Toi aussi tu joue les tentatrices et ça marche, il me tente il me tente grave :-)

    RépondreSupprimer
  5. un petit olni? très tentant, en effet, on te sent conquise!

    RépondreSupprimer
  6. Je ne le trouvais pas à ma médiathèque mais vu qu'il est en audio je vais pouvoir le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et avec l'accent en prime, c'est chouette!

      Supprimer

Comments system