jeudi 14 juillet 2016

Vita # bis oul'hypothèse aveyronnaise Louise Doutreligne Jean-Luc Paliès #off16

Girasole
  • Interprète(s) : L. DOUTRELIGNE, JLuc PALIES, Alain GUILLO, Magali PALIES, et (en vidéo) Nadira ANNAN
  • MeS/Vidéo : J.L PALIES
  • Adapt mus. : J. BOUDIN CLAUZEL
  • Scénographie : Luca JIMENEZ
  • Multimedia : NICOBARO ... et ( les Voix Radio et Choeur)
  •  : C. GRINCOURT, S. LASTRETO, M. BRUNET, P. RISLER, E. ANDREA, D. BACONNET, J. CLEMENT
Passer par Buenos Aires chez le «Pape du Tango» (Carlos Gardel ) pour percer les secrets du «Pape de la chasteté» (St-Augustin)?.. Un voyage curieux, humoristique et tolérant où s'affrontent tentations fanatiques et vitalité humaniste !
Une journaliste d’investigation spécialiste des religions est interrogée sur le phénoménal succès de son dernier livre : La femme rejetée… ou les obsessions fanatiques : de Didon, reine de Carthage au IVe siècle avant JC jusqu’à la femme du XXIe siècle.
Elle raconte comment lui en est venue l’idée lors d’un voyage en Argentine, patrie du labyrinthique Borges. Elle y découvre en effet un livre consacré à la première compagne de Saint Augustin écrit par un jésuite espagnol du XVIIe siècle acheté dans une étrange boutique d’antiquités de Buenos Aires spécialiste des vinyles de Carlos Gardel…
Ce qui est encore plus étrange, c’est que cette journaliste se nomme Aline Gardel… et qu’elle sait, elle, que le père inconnu de Carlos Gardel pourrait être un séminariste augustinien.



Mon petit mot

Voilà un spectacle original aux allures de coup de coeur !

Une fausse émission de radio, particulièrement réaliste entre son animatrice et les interventions des auditeurs, une chanteuse lyrique, des allers-retours entre Buenos-Aires et l'Aveyron, sur les traces de Saint Augustin et de sa compagne, pour mieux traiter de la condition des femmes depuis l’Antiquité, l'enquête est bien menée!
Et il y en a eut des femmes sacrifiées au nom de la religion...
Et il y en a toujours...
A mettre en parallèle avec le spectacle La religieuse de Diderot par le collectif 8 vu en fin de séjour. 

Un spectacle qui donne envie de lire, du fameux saint à Borges, des femmes savantes de toutes époques , mais aussi de se replonger dans l'histoire de Didon et d'écouter l'opera du même nom... tout en dansant le tango!

Et ce fameux livre La Femme rejetée, un bon fil conducteur ! On voyage, on réfléchit, c'est habilement mené.

Les interprètes sont convaincants, bref, un spectacle qui pour le moment est dans mes préférés de ce festival!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system