lundi 18 juillet 2016

Pompiers Jean Benoit Patricot Serge Barbuscia #off16

Balcon

affiche-pompiers
  • Interprète(s) : Camille Carraz, William Mesguich
  • Metteur en Scène : Serge Barbuscia
  • Conception sonore et musicale : Eugenio Romano
  • Costumière : Annick Serret
  • Création Lumières et Scénographie : Sébastien Lebert 
 Ces deux-là n'auraient pas dû se rencontrer. Elle s'est construit une histoire d'amour avec un beau pompier. Lui s'est amusé avec elle.Elle n'a pas su dire non... il l'a offerte aux autres.Elle doit aimer ça puisqu'elle ne dit jamais non.Mais en a t-elle la capacité? C'est une fille limitée. Ils disent que c'est une fille limitée. Mais, comment fait on pour dire non si l'on a pas les mots? Il va être jugé. Il a peur. La cité va défendre la victime? Vraiment? La parole d'une fille limitée contre celle d'un soldat du feu. Et c'est la fille qui gagnerait? S.Barbuscia nous invite au cœur d'un huis clos terrible et haletant, porté par un duo de comédiens exceptionnels.  

Mon petit mot

Savoir dire Non. Pouvoir le dire.
Le message est clair.
Et pourtant, il n'est pas inutile hélas de continuer à le clamer haut et fort.
Le pouvoir des mots, du langage...
Une histoire complexe, parole de l'un contre parole de l'autre, manipulations, j'ai eu des instants de décrochages, mais la conclusion est forte!

1 commentaire:

  1. Bonjour !
    Je me permets de commenter car j'ai eu une expérience toute autre de cette pièce. Je n'ai pas ressenti le "Non." et le pouvoir de le dire comme une réelle base de la pièce.
    J'avais plus d'intérêt pour le développement de la relation des deux personnages que pour ce "Non". Les longueurs dans les tentatives de manipulation du pompier m'ont rappelé les va-et-vient d'une relation complexe faite de non-dits et d'attirance irrépressible. La conclusion m'a même déçue dans le sens où elle était très catégorique alors qu'on hésitait pendant toute la pièce.
    Je n'arrive donc pas à résumer PompierS comme une pièce sur le pouvoir de dire non.
    Alors que, au contraire, "Les dessous d'Aphrodite" de Laurence Ruatti apporte une très bonne réflexion sur la possibilité de parler du harcèlement sexuel et l'importance du "Non." justement.

    Bonne journée =)

    RépondreSupprimer

Comments system