mardi 19 juillet 2016

La Religieuse Diderot Gaële Boghossian Paulo Correia #off16

Chêne noir
  • Interprète(s) : Noémie Bianco, Gaële Boghossian
  • Metteur en scène : Paulo Correia
  • Compositeur : Clément Althaus
  • Costumes : Gaële Boghossian / Romain Fazi
  • Scénographie : Collectif 8 / Divine Quincaillerie
  • Chorégraphe : Michaël Allibert
  • Chargée de production : Vanessa Anheim 

Après le succès de L’Homme qui rit et d’Alice, Collectif 8 poursuit sa recherche, à la frontière du théâtre et du cinéma, en se plongeant dans l’œuvre incontournable de Diderot : La Religieuse.
A travers cet émouvant plaidoyer humaniste, Collectif 8 propose une vision d’actualité sur l’endoctrinement, le maintien dans l’ignorance et la dissolution de l’individu dans la communauté.
Entre réalité et fantasme, la création vidéo et musicale nous immerge dans un monde d’hallucinations, de symboles et d’obsessions et porte l’imaginaire aux confins de notre perception.
Mon petit mot

Pas de festival d'Avignon sans un spectacle du Collectif 8, incontournable, pour la 3ème année consécutive !

Et encore une fois, totalement séduite par cet univers et cette superbe utilisation de la vidéo. Les images transforment le décor, les costumes mêmes (très réussis) des deux comédiennes, et nous plongent au coeur du drame.

Je l'avoue, je ne connaissais pas ce texte de Diderot, et la scénographie rend la découverte très percutante.

La dénonciation de l'enfermement de force de la jeune Suzanne, les affres subis au fil des couvents, ce monde dépeint... terrifiant... 
Le fanatisme, l'intégrisme religieux, la condition féminine... cela résonne hélas toujours des plus fortement... (sans oublier que la compagnie est de Nice... le message est d'autant plus fort...)

D'une prison à l'autre, familiale, religieuse, sociale, morale... les grilles n'en finissent pas de se refermer. 

Et il y a toute l'humanité de Diderot, les aspirations de justice, de liberté, d’indépendance... un très beau texte à (re)découvrir.

Pour rester vigilant, lucide, et ne rien perdre de cette humanité...

C'était l'un de mes derniers spectacles vus cette année à Avignon, et sans doute un des plus marquants...  à voir, vraiment!


photo

2 commentaires:

  1. J'ai rencontré une amie de Noémie à Turin. j'ai un bon souvenir de sa "Callas", j'espère que ce spectacle viendra dans la capitale !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un très beau souvenir aussi de cette Callas, un rôle à mille lieues de celui-ci !

      Supprimer

Comments system