jeudi 21 juillet 2016

La main de Leïla de Aïda Asgharzadeh et Kamel Isker / Régis Vallée #off16

Béliers
  • Interprète(s) : Aïda Asgharzadeh, Kamel Isker, Azize Kabouche
  • Metteur en scène : Régis Vallée
  • Lumières : Guillaume Tesson
  • Scénographie : Philippe Jasko
  • Musique : Manuel Peskine
  • Costumes : Marion Rebmann

1987, Sidi Fares, un petit village proche d'Alger, dans un garage secrètement transformé en salle de spectacle, Samir rejoue les plus grands baisers du cinéma que l'Etat censure. "Un dinar la place et bienvenue au Haram Cinéma, le cinéma le plus illégal de toute l'Algérie !" Ici, il y a deux règles à respecter : l'identité de Samir doit rester secrète et les femmes sont interdites. Sauf qu'un jour, Leïla, la fille du puissant colonel Bensaada, se glisse dans le public et découvre la mythique histoire de Casablanca...


Mon petit mot

L'histoire de l'Algérie (au moment des émeutes d’octobre 1988 et de la chute du FLN), des amours impossibles, des espoirs, des rêves... et le cinéma... voilà la toile de fond de cette comédie romantico-dramatique qui regorge de trouvailles côté décors et scénographie!

Avec trois fois rien et des acteurs qui jouent plusieurs rôles, on est transporté ailleurs, on sourit, on frémit...
et l'on en sort avec l'envie de revoir les films cités dans la pièce... en version non censurée bien sûr! (quoique Dirty Dancing version documentaire pour club de vacances américain...! )

Bref, on oscille entre légèreté, petite et grande histoire de belle manière!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system