dimanche 10 juillet 2016

Iliade Pauline Bayle Homère #off16

La manufacture, 21h20
  • Interprète(s) : Florent Dorin, Alex Fondja, Jade Herbulot, Yan Tassin, Charlotte Van Bervesseles
  • D'après : Homère
  • Adaptation et mise en scène  : Pauline Bayle
  • Lumières : Pascal Noël
  • Costumes : Camille Aït
  • Scénographie : Camille Duchemin 

D'un côté les Grecs, de l'autre les Troyens et entre les deux une guerre qui dure depuis 9 ans. Parce qu'Agamemnon l'a humilié devant tous ses  compagnons,  Achille  a  décidé  de se retirer  du  combat.  Privés  de  leur meilleur  guerrier,  les Grecs  vacillent tandis  que  les  Troyens gagnent du terrain... Comment faire pour gagner la guerre sans Achille ? Dans un élan commun, cinq comédiens mêlent leurs voix pour raconter les  histoires  d'Achille,  Hélène,  Andromaque,  Hector  et  Agamemnon.  Sur scène, tous s'affranchissent  des  clichés  opposant  hommes  et femmes, lâches et braves pour venir s'accomplir dans un geste bouleversant d'humanité.
Après des études à Sciences Po Paris, Pauline BAYLE rentre au CNSAD en 2009. En 2011, elle crée une compagnie autour d'un texte qu'elle a écrit, À Tire‐d'Aile, qui sera créé au Conservatoire puis repris au Ciné XIII à Paris.  En 2013, la même équipe se retrouve pour monter "À l'Ouest des Terres sauvages" dans le cadre du Prix des Jeunes metteurs en scène du Théâtre 13. Créé en novembre 2015 au Théâtre de Belleville, ILIADE est donc le troisième projet porté par cette compagnie émergente dont les membres viennent du CNSAD, du TNS et du Studio d'Asnières. Le spectacle a remporté le Prix des Lycéens du Festival IMPATIENCE 2016.


L'Iliade. 24 chants et 15337 vers pour raconter six jours et six nuits d'une guerre sanglante qui durera dix ans. Des destins multiples qui s'entremêlent dans un mouvement allant de la colère teintée de fer à la compassion trempée de larmes et au cœur du poème non pas la gloire des êtres humains mais l'amertume que le sort fait peser sur la lignée des hommes.
Aujourd'hui, alors que l'Europe traverse une crise majeure, nous voulons faire entendre la voix d'Homère. Parce que L'Iliade nous parle de l'oppression sans jamais tomber dans le manichéisme, nous voulons raconter ce chant de fureur et de tendresse et ainsi montrer que le destin de l'humanité ne s'est pas forgé avec des hommes prêts à tout pour échapper à la souffrance.



Mon petit mot

Me voilà repartie pour ma cure annuelle de théâtre à Avignon!

Pour commencer, place à un lieu "valeur sûre", La manufacture, dont je garde un bon souvenir des spectacles vus l'année dernière, avec un auteur classique, revisité par de jeunes talents.

Comment adapter une telle fresque? Qu'en garder pour 1h30 de théâtre?
Des rires d'abord qui perdureront dans tous les intermèdes "Dieux " sur l'olympe, il y a de quoi nous faire rire!

De belles trouvailles scénographique ensuite 4 chaises,  des seaux,de l'eau , des paillettes , du sel , des éponges pleines de peinture rouge et nous voilà en plein combat ou face à des armures magnifiques! C'est efficace et c'est ce que j'aime dans le off! C'est drôle, c'est tragique aussi, un bon équilibre !

De l'énergie et du talent enfin pour ces jeunes acteurs qui passent avec brio d'un rôle à l'autre, tout sexe confondu et qui entamment d'ailleurs la représentation de belle manière dès la file d'attente !

Bref, un début de festival qui donne le sourire !




4 commentaires:

  1. Merci pour ce compte rendu qui donne bien l'ambiance. Il faut du courage pour adapter un tel ouvrage en 1h30.
    Bon festival caniculaire semble -t-il

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les températures sont en effet... impressionnantes ! Sacré contraste avec ce que nous avions en Touraine la semaine passée !

      Supprimer
  2. Et bien tu as déjà beaucoup "travaillé!" miss Stakhanov! Rire au théâtre, c'est bien agréable!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai essayé d'alterner les genres! Une belle semaine en tout cas!

      Supprimer

Comments system