vendredi 20 mai 2016

Le Christ s'est arrêté à Eboli de Carlo Levi

"Le Christ s'est arrêté à Éboli", disent les paysans de Gabliano, petit village de Lucanie, tellement ils se sentent abandonnés, misérables. L'auteur, antifasciste, a vécu là, en résidence surveillée, de 1935 à 1936. L'histoire de son séjour forcé parmi ces gens frustes et douloureux a été un des grands événements de la littérature italienne.

Carlo Levi,  écrivain, médecin, peintre, journaliste et homme politique , est né à Turin, le 29 novembre 1902. Il a achevé en 1924 ses études de médecine.
En 1929, il participe au mouvement anti-fasciste Giustizia e Libertà et devient également membre du Parti d'action. Arrêté en 1935, il est condamné par le régime au confino (résidence surveillée) dans une région désolée du Mezzogiorno, à Grassano, puis à Aliano, en Basilicate, expérience dont il tirera le livre Le Christ s'est arrêté à Eboli et qui marqua profondément sa peinture.
Retrouvant sa liberté, il part en France et y vit de 1939 à 1941. En 1941, de retour en Italie, il est arrêté à Florence et emprisonné dans la prison de Murate. Il est libéré après l'arrestation de Benito Mussolini .
Après la Deuxième Guerre mondiale, il s'installe à Rome où il devient pendant un certain temps rédacteur de Italia libera, la publication du Partito d'Azione, une organisation anti-fasciste.
Il continue d'écrire et de peindre, exposant en Europe et aux États-Unis.
En 1963, il est élu au Sénat en tant qu'indépendant, sous l'étiquette du Parti Communiste, et réélu en 1968.

Il meurt d'une pneumonie à Rome en , mais ses dernières volontés sont d'être inhumé à Aliano (Gagliano en dialecte local comme il la nomme dans ses écrits). La maison qu'il y occupa peut encore être visitée.

Illustrations de l'article Aliano e il Parco letterario Carlo Levi : 
Gagliano aujourd'hui, et la maison où Carlo Levi a séjourné transformée en musée :  



Il y a les fameuses pages bien connues sur Matera aux grottes et sassi comparés à l'enfer de Dante, ravagé par la misère et la malaria, quel décalage de voir ces sassi désormais envahis par les touristes et pour certains transformés en luxueuses chambres d'hôte avec piscine à l'intérieur ou en terrasse... cela laisse songeur....



Je ne connaissais pas l'oeuvre picturale de Carlo Levi, c'est aussi l'occasion de la découvrir et en particulier ces oeuvres autour de cette région :


Bref, une lecture incontournable!






6 commentaires:

  1. Je l'ai beaucoup aimé quand je l'ai lu il y a maintenant longtemps. Idée de relecture?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense qu'on peut l'apprécier plusieurs fois!

      Supprimer
  2. je ne connais absolument pas, ... c'est grave?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai découvert en m'intéressant à l'histoire du sud de l'Italie, n'hésite pas à l'ajouter à une liste d'envies!

      Supprimer
  3. Ayant fait italien en fac de lettres, mes profs d'italien ont toujours insisté pour qu'on lise ce roman et ce n'est toujours pas fait :( !
    Très belles photos tu as dû faire un beau voyage !

    RépondreSupprimer

Comments system