vendredi 27 mai 2016

LA DISPUTE MARIVAUX / JACQUES VINCEY

mise en scène Jacques Vincey  
dramaturgie  Vanasay Khamphommala
scénographie Mathieu Lorry-Dupuy

avec
les comédiens du JTRC
Quentin Bardou
Miglé Bereikaité
Clément Bertonneau

Jeanne Bonenfant
Théophile Dubus
Delphine Meilland


Qui le premier, de la femme ou de l’homme, a été infidèle ? Pour trancher le débat, on a élevé à l’écart du monde, dans un isolement absolu, deux filles et deux garçons. À l’occasion d’une fête, ils vont, sous les yeux des spectateurs, se rencontrer pour la première fois…

Œuvre à part dans la production de Marivaux, La Dispute est, dans tous les sens du terme, une pièce expérimentale. Par son intrigue, d’abord, véritable leçon d’histoire naturelle sur cobayes humains. Par son écriture radicale, ensuite, dont la rigueur toute scientifique est bientôt troublée par la découverte du sentiment amoureux. Par l’aventure qu’elle propose aux spectateurs, enfin, en les rendant juges et témoins d’une expérience aussi fascinante que joyeusement immorale.
Au sein d’un dispositif scénographique où le spectateur devient voyeur, les comédiens du JTRC transforment ce laboratoire du désir en laboratoire de théâtre. Car derrière l’apparente limpidité du protocole scientifique, c’est avant tout le théâtre des sentiments que Marivaux ausculte, cette impossibilité d’être sincère qui donne toute sa saveur au jeu. Les pulsions de la jeunesse font éclater les carcans dans lesquels on voudrait la contenir.
Cruellement drôle, la démonstration se transforme alors en célébration de l’anarchie du désir.


Mon petit mot

Un spectacle donné en deux temps cette saison, en deux versions différentes (voir ici) , avec miroirs,... la surprise commence dès l’installation, un spectateur placé au plus près des comédiens, une place de voyeur bien en phase avec la trame de la pièce. Une proximité qui permet d'apprécier différemment, en détails, le jeu des comédiens et d'explorer ensemble bon nombre de sentiments... et leur valse incessante!

La prestation des jeunes comédiens du JTRC est une fois de plus très convaincante, les choix de la distribution viennent brouiller encore les pistes : homme? femme ? Et quel bonheur de voir ainsi évoluer ces comédiens de spectacles en spectacles (comme de maintenant guetter ce que deviennent certains anciens du dispositif que l'on a plaisir à retrouver ailleurs!)

Je ne connaissais d'ailleurs pas ce texte de Marivaux (quelle horreur cette idée d'expérience sur cobaye vivant!) , c'est en prime l'occasion d'une intéressante découverte! 

Dernier spectacle de l'année au CDRT, qui nous aura offert une belle programmation (pour retrouver l'ensemble de mes petits mots sur les spectacles vus à Tours cette année, c'est ici)  maintenant, on commence la liste de repérages pour le festival d'Avignon, en attendant de découvrir la saison prochaine ici !




2 commentaires:

  1. Un spectacle que j'ai vu à Avignon, il y a quelques années! très cruel comme tout Marivaux. Qui a dit que Marivaux était léger?

    RépondreSupprimer

Comments system