mardi 1 mars 2016

Ferrare tourisme et histoire

Ce mois - ci, le thème du challenge italien est le Nord ... souvenirs souvenirs.... en juillet 2011, un grand week-end à la découverte de Bologne et Ferrare, sur les traces d'Isabelle d'Este ou de Lucrèce Borgia...

Je bloggais alors très peu, et je n'avais jamais pris le temps de vous faire partager d'avantage autour de ce court séjour qui m'a pourtant laissé un excellent souvenir, il fallait bien la thématique régionale du Challenge italien pour me pousser à rouvrir mes vieux fichiers!

Commençons par Ferrare... trois jours à la découverte de cette ville superbe,inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco pour ses trésors de la Renaissance.
 J'ai repris pour les explications le site http://www.ferraraterraeacqua.it/ qui nous avait aidé à préparer le voyage. 
 
 

Château d’Este

En 1385 à Ferrare, à la suite d’une dangereuse révolte Niccolò II d’Este décida de la construction du château de San Michele, une forteresse érigée pour se protéger du peuple avec fossé, ponts-levis, tours.
Un passage couvert relie l’édifice militaire au palais des marquis (actuellement Hôtel de Ville).
Les siècles passèrent et les risques de révoltes cessèrent. Le château devint alors la magnifique résidence de la cour et fut enrichi de balcons en marbre, d’une cour et de fastueux appartements

Balade autour du château






Depuis les cours intérieures et terrasses du château


 un château aux magnifiques plafonds peints


Ferrare est la ville de naissance de Jérôme Savonarole ( qui sera condamné au bûcher à Florence en1498), le célèbre prédicateur dominicain dénonçant les mœurs corrompues de son époque avant de tomber dans le fanatisme religieux.



La cathédrale Saint-Georges

Du marbre, des loggias, des petites arcades , des rosaces, des statues ... un ensemble magnifique! Sur le côté droit se trouve statue d'Alberto d'Este et sur le côté un buste en bronze du pape Clément VIII, avec une inscription en mémoire de la prise de la ville par ce pape.

la Loggia des Merciers



Sur le côté sud se trouve le campanile en style renaissance italienne construit entre 1451-1493 en marbre rose et blanc, mais inachevé, attribué à Leon Battista Alberti.

le campanile, au détour d'une ruelle

 Une multitude de ruelles , à l’empreinte médiévale encore forte, telle la Via delle Volte avec ses passages couverts entre les deux rangées de maisons.

   

Le musée archéologique

Un musée très riche, dans le Palazzo Costabili, des collections grecques, étrusques (du port de Spina en particulier) le tout dans un écrin qui vaut lui même le détour!


Scènes de la vie de cour, vers 1520, fresques attribuées à Garofalo, (Ferrare, Palazzo Costabili, Salle du Trésor). Le Palazzo Costabili est connu aussi sous le nom de « Palazzo di Ludovico il Moro ». La tradition veut que ce palais commissionné par Antonio Costabili à Biagio Rossetti, devait accueillir Ludovic Sforza, mari de Beatrice d’Este, dans le cas d’une éventuelle fuite de Milan. Ces scènes rappellent les fresques réalisées par Mantegna dans la Chambre des Époux de Mantoue.



 

 Plusieurs palais se visitent, de quoi découvrir différents exemples d'architectures, et entre magnifique plafonds à caissons, fresques et autres richesses, des merveilles!
 histoire et modernité...




Il y a les plus connus, comme:

 le palais des diamants...




Le palazzo Prosperi-Sacrati


 mais en s'écartant un peu, on découvre d'autres petits bijoux moins fréquentés, comme le palazzo Marfisa d'Este :

Palazzina Marfisa d'Este 

Fait bâtir par Francesco d'Este, le palais appartenait à un groupe plus important de constructions unies entre elles par un jardin aujourd'hui disparu. Sa fille Marfisa en hérita et lui donna son nom. La princesse y habita jusqu'à sa mort après avoir refusé de quitter Ferrare pour suivre sa famille qui s'était transférée à Modène. On peut y admirer les fresques des plafonds, en partie restaurées au XXe siècle, que l'on attribue à la Bottega dei Filippi (Atelier). Les grotesques confèrent à ces lieux un grand raffinement et une note somptueuse. Le palais est riche en mobilier du XVIe et du XVIIe siècles, en partie ferrarais et en partie acheté chez les antiquaires. Dans la loge, qui donnait autrefois sur l'extérieur, on trouve deux portraits d'enfants peints à fresque sur les murs: il s'agit de Marfisa et de Bradamante, les deux filles de Francesco d'Este. A travers ce qui reste du grand jardin on arrive dans une loggia couverte de fresques qui était utilisée pour les concerts et de petites représentations théâtrales.




le palais Schifanoia 


un autre coup de coeur côté visites!

La famille Este souhaitait faire de ce palais un lieu dédié aux plaisirs et aux divertissements, dans un site verdoyant, aux abords de l’ancien cours du Pô. 
La façade, jadis couronnée de créneaux et ornée de fresques en faux marbres polychromes, est pourvue d’un somptueux portail de marbre dessiné par Francesco del Cossa.
A voir en particulier pour La Sala dei Mesi , ornée des fresques des Maîtres de la peinture ferraraise du XVe siècle (Francesco del Cossa, Ercole de' Roberti, Cosmè Tura).

 


Palazzo Municipale

Il fut la résidence des Este jusqu’au XVIe siècle. 
On y accède en passant sous La Voûte du Cheval, en face de la Cathédrale.

À droite, se dresse la statue équestre de Niccolò III d’Este; à gauche, une représentation de son fils, Borso.

Dans la cour d’honneur, l’architecte Pietro Benvenuti degli Ordini érigea à la fin du XVe siècle le monumental escalier couvert qui mène à la résidence.

On peut y voir la  Salle des Duchesses, ayant probablement appartenu aux soeurs du duc Alphonse II, Éléonore et Lucrèce d’Este. Cette salle reflète la splendeur de la cour des Este: somptueuse décoration des grotesques polychromes sur un fond d’or exécutées au XVIe siècle par l’atelier des Filippi .

Une dernière visite avec la

Casa Romei

Construite par Giovanni Romei, administrateur des seigneurs de Ferrare, la belle demeure, dont on peut encore voir quelques plafonds et fresques somptueux, abrite aujourd'hui un musée de peintures et de sculptures

Pour accompagner ces journées de visites :



N'oublions pas les plaisirs de la table...

Quelques mots pour faire saliver.... Cappellacci di zucca (recette plus bas!) , cappelletti,


bruschette,coppie, pampapato, focaccia , sfogliatella , Torta di tagliatelle , granita et autres douceurs qui ont rythmé notre voyage!

La Coppia Ferrarese (voir plus bas!)


nous avions trouvé une délicieuse pâtisserie près du château qui est devenue notre cantine matinale pour des petits déjeuners très gourmands!
de quoi prendre des forces pour attaquer les journées!
marche à pied nécessaire ensuite, direction par exemple la chartreuse


la chartreuse

Edifiée par Borso d'Este en 1461, la Chartreuse fut transformée au début du XlXe s. en un cimetière monumental.

Un monument à la mémoire du poète Ludovico Ariosto dit L'Arioste ( mort le 6 juillet 1533 à Ferrare)
Ludovico Ariosto s’établit en 1484 à Ferrara, où il commença des études de droit qu’il abandonna pour se consacrer à la littérature et à la philosophie.
En 1503, après la mort de son père, pour affronter les difficultés financières de sa grande famille, il passa sous les dépendances du cardinal Ippolito d’Este, frère du duc Alfonso Ier, recouvrant de nombreuses charges administratives et diplomatiques. En 1516 parut la première édition du Roland Furieux.
En 1517 il passa au service d’Alfonso Ier. A cause des restrictions économiques l’Arioste fut obligé d’accepter la charge de commissaire ducal de la Garfagnana (en Toscane) de 1522 à 1525. Durant ces années il écrivit quelques-unes de ses célèbres Satires.

les remparts

une autre promenade à ne pas manquer!
On passe une porte, et l'on peut de façon presque ininterrompue, sur neuf kilomètres, faire le tour du centre ancien en suivant le rempart, des bastions, des tours de garde, et un bel espace vert!

une très agréable promenade


c'est aussi la ville des vélos, ils sont les rois!

  Le théâtre municipal


Achevé en 1797 il possède une cour intérieure en ellipse.
Un superbe théâtre à l’italienne, malheureusement, nous n'avons pu voir l'intérieur qu'en photo.

Une petite balade by night pour terminer...







Bref, une jolie cité à découvrir!



D'autres articles déjà publié en lien avec ce voyage à Ferrare


Ferrare, le patrimoine touché par le séisme 

une lecture intéressante
Isabelle d'Este, Christiane Gil

une pièce de théâtre, et en visitant le château de Ferrare, on découvre une toute autre Lucrèce... à méditer!
 Lucrèce Borgia

un roman qui s'y déroule pour une bonne part
Un lac immense et blanc Michèle Lesbre

et côté cuisine
Les cappellaci et le pain typique de Ferrare, la ciupèta ou Coppia ferrarese à 4 branches

A suivre, Bologne!




11 commentaires:

  1. Tes photos donnent envie !! Quelle belle ville ! ❤️
    Comme lecture avec Ferrare pour décor, il y a aussi "Les lunettes d'or" de Giuliano Montaldo (et le film éponyme !)

    RépondreSupprimer
  2. L'écrivain est Giorgio Bassani ! Au temps pour moi !

    RépondreSupprimer
  3. Merci de nous faire voyager et rêver, Eimelle ! Le nord est la seule région d'Italie que je ne connaisse pas du tout. Il faut vraiment que j'y aille !

    RépondreSupprimer
  4. Je ne suis encore jamais allée à Ferrare, ni à Bologne d'ailleurs, mais ton billet me fait très envie et tu me donnes un peu de la chaleur de l'Italie ;) Ferrare me fait penser à Mantoue, ville de la Renaissance aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'il y a des similitudes! Mantoue est une très belle ville aussi!

      Supprimer
  5. Bassini sans réserve aucune les lunettes d or le jardin des Fini Continu et tout le reste!!!

    RépondreSupprimer
  6. Trop beau, ça fait très envie de retourner en Italie !

    RépondreSupprimer

Comments system