vendredi 5 février 2016

Le Cas Annunziato Yan Gauchard

Editions de Minuit, janvier 2016
  Un homme, Fabrizio Annunziato, se retrouve accidentellement enfermé dans le musée national San Marco, à Florence. Annunziato ne cille pas, n’appelle pas à l’aide. Il épie à la fenêtre et avance des travaux de traduction. Jusqu’à sa découverte qui va faire grand bruit en Italie.

Mon petit mot


J'ai beaucoup aimé le début de ce roman,  une belle comédie à l'italienne, un héros aux aventures rocambolesques, sa survie dans ce musée où il est enfermé, la galerie de personnages autour (l'employée du musée...) , et l'écriture même de l'auteur, les adresses au lecteur ...  enlevé, et drôle!

Beaucoup de petits clins d'oeil à la culture italienne, ne serait-ce que dans le nom du héros,  Annunziato, en référence à L'Annonciation du couvent San Marco fresque de Fra Angelico, visible dans le fameux couvent San Marco où il se retrouve enfermé.

 Une vie monacale forcée, avec quelques interactions avec une jolie voisine...

Le couloir des cellules des moines, avec les fresques d'Angelico




Et puis, la deuxième moitié m'a moins emballée, les évocations politiques m'ont moins intéressées, certains y trouveront sans doute plus leur compte que moi.
Des manifestations contre le  Cavaliere à l'évocation des Brigades rouges, et à l'ombre de l’assassinat d’Aldo Moro, nous basculons tout à coup bien loin de la comédie! 
 
Mais ce pourquoi je garderais sans doute ce roman en mémoire, ce sont surtout toutes les évocations de Florence, du convent San Marco, des oeuvres de Fra Angelico... un musée que j'avais eu l'occasion de visiter il y a quelques années dans cette ville où je retournerais volontiers, tant il y a à admirer!

 En tout cas, un premier roman à plusieurs niveaux de lecture, à découvrir!

Un livre lu grâce à l'opération masse critique de Babelio, dans le cadre des challenges
Challenge Rentrée littéraire janvier 2016


6 commentaires:

  1. Dommage cette deuxième partie mais il me fait envie malgré tout ! J'ai moi-aussi adoré Florence 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et rien que pour Florence, il a de quoi séduire!

      Supprimer
  2. Encore un que je lirais volontiers ce Viaggio est tellement riche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on se rend mieux compte de la variété et de la richesse de la littérature italienne!

      Supprimer
  3. Il est à lire ne serait-ce que pour le couvent. j'aime cette idée : être enfermé parmi les oeuvres de Fra Angelico!

    Le bilan du challenge Shakespeare pour le challenge Tous en scène.

    http://claudialucia-malibrairie.blogspot.fr/2016/02/challenge-shakespeare-les-pieces-bilan.html

    RépondreSupprimer

Comments system