mercredi 11 novembre 2015

Le Garçon qui ne parlait pas de Donna Leon

 février 2015. Traduit par Gabriella Zimmermann

Tandis que les feuilles d’automne commencent à tomber dans les rues de Venise, le vice-questeur Patta charge le commissaire Brunetti d'enquêter sur une infraction commise par le magasin de masques sur le campo San Barnaba appartenant à la future bru du maire.
    Mais voilà que sa femme, Paola, lui présente elle aussi une requête. L'homme, certainement handicapé mental, qui travaillait dans leur pressing, vient de mourir d'une overdose de somnifères. Paola ne peut supporter l'idée que personne ne l'ait jamais remarqué ni aidé, dans la vie comme dans sa mort. Intrigué lui aussi par le décès de ce personnage qu'il a croisé pendannt de nombreuses années, Brunetti entame des recherches dans le dos de son supérieur.
    A sa grande surprise, il ne découvre rien sur cet homme : pas d'acte de naissance, pas de passeport, pas de carte de crédit. Pour l'administration italienne, il n'a jamais existé. Plus étrange encore, sa mère refuse de parler à la police et assure que les papiers d'identité de son fils ont été volés lors d'un cambriolage.
    Au fil des révélations, on découvre qu'une famille d'aristocrates, les Lembo, semble mêlée à cette mort mystérieuse. Mais pour quelle raison ces gens puissants et influents auraient-ils éliminé ce malheureux simple d'esprit ?

Mon petit mot

Impossible d'envisager le challenge italien sans une petite promenade à Venise sur les traces de Brunetti!

Bon, je l'avoue tout de suite, j'ai été gênée à plusieurs reprises par la traduction, pas très fluide,  et j'aurais bien lu dans les débuts quelques pages en diagonale avant de me prendre au jeu de l'enquête.

Mais le charme de Venise est toujours là, ce charme un peu décrépit, entre corruption de fonctionnaires , dégâts environnementaux, il y a toujours de quoi faire hélas!
Une lente balade automnale dans la cité, un engourdissement la gagne peu à peu, et les premiers frimas font ressortir bien des travers humains.  Mais Brunetti est loin pour s'élever contre le silence et l'injustice, et ne pas fermer trop vite le rideau au dessus de cette mort à priori naturelle.
Et  puis, pas après pas, l'enquête se complexifie, les rouages familiaux se démêlent, on est cette fois au coeur d'une famille, d'un drame de l'intime, entre religion et cupidité... humanité, tout simplement...

Et puis la cuisine italienne est toujours présente autour de ce commissaire qui n'oublie pas de passer à table, bref, l'essentiel est sauf!

Et Venise à l'automne, cela doit être magnifique aussi...
pour nous c'était eu début du printemps, et c'était magique!

Je remonte mes articles consacrés à ce voyage pour l'occasion : 
Se déplacer à Venise

La cuisine vénitienne


Torcello
Torcello
Murano et Burano
Murano et Burano
Venise la nuit
Venise la nuit

Venise d'un quartier à l'autre Giudecca Ghetto Lido
Venise au fil du grand canal et depuis San Giorgio Maggiore (voyage à venise suite)
Venise au fil du grand canal et depuis San Giorgio Maggiore (voyage à venise suite)

A voir à Venise ruelles puits canaux Bovolo...


voyage à Venise Musées, église, Fenice...

Voyage à Venise 1








Dans le cadre des challenges




logo challenge Venise

18 commentaires:

  1. Donna Leone toujours ! J en ai lu un récemment il vaut mieux ne pas les lire à la file sinon il y a un goût de déjà lu il va falloir que je trouve autre chose . Claudialuca à chronique un autre polar qui m inspiré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet, une petite alternance permet de mieux le retrouver ensuite!

      Supprimer
  2. Ce Brunetti gagne à être connu j'ai l'impression.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un incontournable si on s’intéresse à Venise et l'Italie!

      Supprimer
  3. Intéressant je vais le noter sur ma liste, par contre dommage de ne pas le lire en italien, Donna Leon ne veut pas de soucis avec les vénitiens, et interdit les traductions en italien, on peut le lire en anglais, mais bon...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je crois que son traducteur a changé, c'est la première fois que ça me pose problème...

      Supprimer
  4. Je n'ai lu que deux Brunetti pour le moment. J'aime bien le commissaire, sa femme, et bien sûr l'ambiance de Venise, hors des sentiers touristiques.Celui-ci a l'air très bien, je le note, mais j'attendrai sa sortie en poche.
    Merci pour le challenge !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est toujours un plaisir de retrouver Venise!

      Supprimer
  5. Je ne connais pas encore cette série même si tu ne sembles pas louer l'intrigue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avoue qu'en effet, pour moi, c'est Venise qui prime!

      Supprimer
  6. C'est vrai que ce qui plaît le plus dans Brunetti, c'est qu'il nous fait visiter Venise! je suis en train de lire un polar mais pas de Dona Leone qui se passe à Venise dans le ghetto; Mon billet pour bientôt!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai l'impression à te lire qu'il y a quand même plus convaincant pour effectuer un petit voyage à Venise, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas mon préféré de la série en effet!

      Supprimer
  8. J'ai un creux dans mon planning lecture et je l'ai trouvé d'occaz, je vais pouvoir le lire, je suis inscrite au mois italien Venise.
    Merci pour ton avis :)

    RépondreSupprimer
  9. http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/2015/12/02/du-sang-sur-venise-maud-tabachnik/ encore un pola vénitien je ne sais pas où mettre le lien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu peux les mettre sur n'importe quel article du blog, pas de problème!

      Supprimer

Comments system