lundi 7 septembre 2015

Le metteur en scène polonais, Antoine Mouton

éditions Christian Bourgois

Le metteur en scène polonais doit adapter, pour l'ouverture de saison d'un théâtre français, le roman d'un auteur autrichien mort. Mais ce roman est instable : entre deux lectures, des personnages disparaissent, d'autres surgissent, sans explication. Un texte doté d'une vie propre, indépendant du regard du lecteur, c'est une idée plaisante a priori. Pourtant, dans les coulisses du théâtre, on commence à se douter que le spectacle ne pourra pas éviter la catastrophe. Le metteur en scène polonais devient fou, dit-on.

Antoine Mouton a publié, depuis 2004, quatre livres (nouvelles et poèmes) dont Au Nord Tes Parents, Prix des apprentis et lycéens de la région PACA. Le Metteur en Scène Polonais est son premier roman,Antoine Mouton travaille actuellement comme libraire au théâtre de la Colline à Paris. Il écrit pour les revues Trafic et Jef Klak.


 Mon petit mot


Et si les romans prenaient vie, la nuit sur nos étagères? Et si les intrigues se modifiaient, les personnages changeaient, apparaissent, disparaissaient?  

C'est ce qui arrive au livre que le metteur en scène polonais (les différents personnages seront uniquement nommés par leurs fonctions au long de l'histoire, une liste savoureuse ouvre d'ailleurs le texte : extrait : L’interprète alcoolique ; L’assistante norvégienne ; Le directeur du théâtre français ; Le scénographe hongrois ; Le comptable de la compagnie du metteur en scène polonais ; L’auteur autrichien mort ; Le comédien français dont le nom et l’existence ont été oubliés ; La grande actrice française ; Le traducteur tchèque ayant disparu ; Le célèbre critique italien ; Le critique polonais rétrograde ; Le blogueur suisse amateur-éteint ; Mme X, sa fille, ses voisins, son armoire ; Le hêtre malade [...])
En une page , vous êtes dans l'ambiance! (et encore, il n'y a pas les œufs durs! )

Du loufoque, du fantasque, une écriture au diapason, des phrases à la longueur démesurée, et un metteur en scène qui bascule dans la folie...  ou qui excuse ainsi son incapacité à mener à bien son projet artistique? 
Ses succès seraient-ils derrière lui?
Le monde change, les arbres meurent... et l'adaptation de ce roman semble vouée à l'échec.

J'avais choisi ce titre pour le théâtre, on plonge en effet dans les coulisses de la création, des affres de la comptabilité, au parcours du combattant sur les traces de l'écrivain, en passant par des idées de décor ou de scénographie... (discutables!)...  jusqu'à la catastrophe annoncée de la première. 

Un petit roman à la construction originale, qui semble ne pas se prendre au sérieux et m'a souvent fait sourire, mais qui donne aussi à réfléchir aux notions de traduction, d'adaptation, de lecture même, à chacun de s'y faire son chemin! 

Merci à dialogues pour cette découverte!
Dans le cadre des



6 commentaires:

  1. Il semble original ! Pourquoi pas le noter, tiens ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela change un peu des dernières lectures, une belle découverte!

      Supprimer
  2. J'ai peur qu'il soit trop loufoque pour moi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est assez particulier, du genre ça passe ou ça casse!

      Supprimer
  3. Je pense qu'Antoine Mouton est dingue! Son style (car pour moi son bouquin est une épreuve de style) me suggère des trames kafkaïennes, aussi précises et voulant aller au bout des démonstrations, puis le monde qu'il décrit semble tout entier attendre le drame du metteur en scène polonais. Enfin pas de doute AM "mastique" la langue française aussi bien que Luchini. Mais j'ai un petit doute: pour nous dire quoi? AM est bizarre! ... J'ai dit bizarre?

    RépondreSupprimer

Comments system