samedi 12 septembre 2015

La dernière nuit du Raïs de Yasmina Khadra

Julliard

" Longtemps j'ai cru incarner une nation et mettre les puissants de ce monde à genoux. J'étais la légende faite homme. Les idoles et les poètes me mangeaient dans la main. Aujourd'hui, je n'ai à léguer à mes héritiers que ce livre qui relate les dernières heures de ma fabuleuse existence. Lequel, du visionnaire tyrannique ou du Bédouin indomptable, l'Histoire retiendra-t-elle ? Pour moi, la question ne se pose même pas puisque l'on n'est que ce que les autres voudraient que l'on soit. "
Avec cette plongée vertigineuse dans la tête d'un tyran sanguinaire et mégalomane, Yasmina Khadra dresse le portrait universel de tous les dictateurs déchus et dévoile les ressorts les plus secrets de la barbarie humaine 


Mon petit mot

C'est avec ce livre que je découvre (enfin!) cet auteur.

Yasmina Khadra nous propose ici un roman à la fois intéressant historiquement (je l'avoue, je ne suis pas très calée sur les tenants et aboutissants des conflits en Lybie, ni sur Kadhafi,  j'en ai appris plus ici qu'au JT quotidien ! ) et psychologiquement.

En effet, écrit à "je", ce récit  nous entraîne dans l'esprit du monstre, de ce chef acculé, qui n'a plus que quelques heures à vivre, et oscille entre exhalation, folie, retours sur le passé.
D'un cas particulier, on est au cœur de toutes les dictatures, tant ces pensées sont  universelles, comme l'est hélas la tyrannie.

Ces relations avec son entourage , son rapport à la religion, aux femmes, aux autres puissances, arabes ou occidentales, au pouvoir, ses enfants,  son enfance (dans laquelle on peut d'ailleurs trouver quelques fêlures qui permettent de mieux comprendre la suite de son comportement ambitieux et sanguinaire)  , cette société autour de lui qui évolue, son système de pensées, ses explications faces aux actes odieux commis... une vie repassée en quelques pages, un personnage complexe, que l'on a l'impression de connaître un peu mieux en refermant le livre.

Entre biographie et oeuvre de l'imagination de l'écrivain, ce récit est de ceux qui restent en mémoire. 

 Dans le cadre du :
RL2015



14 commentaires:

  1. Ca a l'air pas mal, mais il ne m'attire pas trop ce livre, à tort visiblement. Tu ne débordes pas d'enthousiasme non plus :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai trouvé très intéressant, mais plus comme un livre historique qu'un roman finalement!

      Supprimer
  2. Il ne m'attirait pas spécialement, mais il apporte sans doute un éclairage intéressant sur la situation de ce pays. Du coup, cela me paraît intéressant. Merci pour ce commentaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai trouvé que cela éclairait hélas bien la situation actuelle!

      Supprimer
  3. j'ai lu plusieurs ouvrages de Yasmina Khadra (que j'avais d'abord cru être une femme). Toujours cette violence, cette rage! Réalisme ou complaisance? L'attentat était très réussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tu me rassures, je croyais aussi que c’était une femme, j'ai découvert il y a peu la vérité! Il faudrait que j'en lise un autre pour comparer avec celui-là!

      Supprimer
  4. J'ai lu pas mal d'avis sur ce livre et visiblement ce n'est pas le meilleur de l'auteur. Et comme je n'ai jamais rien lu de lui, je commencerai peut-être par un autre titre :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense aussi que j'en lirai un autre de cet auteur pour me faire une idée plus précise!

      Supprimer
  5. J'ai rencontré en juin l'auteur lors d'un salon littéraire et j'avoue ne pas avoir été conquis par l'auteur et j'ai du coup des réticences à le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est sûr que la personnalité de l'auteur joue aussi beaucoup!

      Supprimer
  6. Un roman et surtout un personnage difficile à oublier, je suis bien d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un éclairage intéressant sur des images marquantes!

      Supprimer
  7. Ce n'est pas sur la Syrie mais sur la Libye.
    Comme toi, ce roman m'a apporté des informations intéressantes sur Kadhafi mais c'est tout... Je n'ai pas accroché à cette narration à la première personne et j'ai trouvé qu'il y avait trop de répétitions tout au long du texte.

    RépondreSupprimer

Comments system