samedi 22 août 2015

Appartenir de Séverine Werba #RentréeLittéraire2015

Fayard, 19 / 08 / 2015

De la guerre, de la déportation et de la mort de ses proches, Boris, le grand-père de la narratrice, n’a jamais parlé. Autour de lui chacun savait, mais, dans l’appartement du 30, rue de Leningrad, que tout le monde appelait « le 30 », le sujet n’était jamais évoqué.
Et puis Boris est mort. La jeune femme a vécu un moment au 30, en attendant que l’appartement soit vendu, elle avait vingt ans, et elle a cédé à une bibliothèque les livres en russe et en yiddish de son grand-père. Plus personne ne parlait ces langues dans la famille.
Ce n’est que dix ans plus tard, au moment de devenir mère, que s’est imposé à elle le besoin de combler ce vide et de reprendre le récit familial là où il avait été interrompu. Moins pour reconstituer le drame que pour réinventer des vies. Retrouver les rues de Paris autrefois populaires où vivaient Rosa, la sœur de Boris, avec sa fille Lena, déportées en 1942 ; voir ce village lointain d’où son grand-père était parti pour se créer un avenir qu’il espérait meilleur ; entendre couler cette rivière d’Ukraine sur laquelle, enfant, il patinait l’hiver. Comprendre où ils vécurent et furent assassinés.
Alors elle cherche, fouille, interroge, voyage, croisant la mort à chaque pas dans son étrange entreprise de rendre la vie à ces spectres. C’est une quête insensée, perdue d’avance, mais fondamentale : celle d’une identité paradoxale qu’il lui faut affirmer.



Mon petit mot

Une enquête familiale, intime?.. et universelle.

D'où vient-on?
Quand l'Histoire avec un grand H s'en mêle de façon tragique,  les questions d'identité, d'appartenance à une religion, une nationalité, une lignée, prennent tout leur sens.

Un livre coup de coeur pour moi, bouleversant.

Redonner vie, faire exister cette petite Lena à la courte vie tragique, du Vel d'hiv à Beaune-la-Rolande et Auschwitz. 2 ans. Une photo. D'infimes souvenirs retrouvés, mais si importants pour lui redonner sa place dans l'histoire familiale et dans l'histoire tout court. "La petite patate"... les lecteurs ne l'oublieront pas, c'est certain.

C'est aussi l'histoire des communautés juives d'Ukraine, des terribles massacres et du silence qui les entourent toujours.
Une page méconnue pour moi dans la tragédie de cette seconde guerre mondiale, et pourtant...  n'oublions pas les massacres de Loutsk et d'ailleurs.

Et une mention spéciale pour la couverture, avec ce profil se détachant sous la femme assise... bref, une quête identitaire et historique dans laquelle je vous invite à plonger.



c'est aussi l'occasion de découvrir l'oeuvre de Serge Lask, autour de l'écriture yiddish




Dans le cadre des




11 commentaires:

  1. Je te lis en diagonale car il est sur ma PAL :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère qu'il te plaira autant qu'à moi!

      Supprimer
    2. Le résumé me donne très envie :)

      Supprimer
  2. Je suis déjà dans cette thématique là dans ma lecture actuelle ; je note pour plus tard.

    RépondreSupprimer
  3. Chance pour toi d'avoir lu autant de coups de Coeur avec de jeunes auteurs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis vraiment ravie de ces découvertes!

      Supprimer
  4. Tout à fait le genre de livres que j'aime.
    Je me le note !

    RépondreSupprimer
  5. Bien envie! mais quand trouverai-je le temps? Demain rentrée des classes, cours à préparer, et corrections à venir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et oui hélas, mon rythme ralentit aussi déjà beaucoup depuis quelques jours, et les manuels ont replacé les romans! Bon courage pour le reprise!

      Supprimer

Comments system