samedi 25 avril 2015

Le Chagrin LES HOMMES APPROXIMATIFS / GUIELA NGUYEN

théâtre olympia avril 2015

Julie et Mathieu se retrouvent à la mort de leur père.
Tout les rassemblait dans l’enfance, tout les divise à présent : elle est partie à Paris faire sa vie, il est resté en province s’occuper de son père malade. La situation contraint ce frère et cette soeur qui ne se disaient plus rien à parler, et dans leurs conversations remontent à la surface les zones d’ombre de celui qu’ils sont venus enterrer : petit à petit, les non-dits de l’enfance commencent à faire écho aux tabous de l’Histoire.
Se raconter des histoires : tel est le point de départ et l’obsession de Caroline Guiela Nguyen et de ses collaborateurs artistiques. À partir d’un long travail de préparation qui rappelle l’écriture scénaristique, elle développe avec eux des paysages théâtraux dans lesquels ses comédiens vont dérouler leur histoire.
Mais comment raconter une histoire qui a été passée sous silence ?

Pour ce nouveau spectacle, Les Hommes approximatifs poursuivent leur travail sur la cellule familiale, sa force et sa fragilité. Mais ils en creusent les résonnances politiques en examinant la manière dont les traumatismes collectifs façonnent la mémoire intime, dont les destins individuels s’inscrivent dans une histoire faite de violence et de déracinements : au-delà de l’enjeu personnel, se souvenir devient dès lors un moyen vital de renégocier notre rapport au monde.


par la compagnie Les Hommes Approximatifs mise en scène Caroline Guiela Nguyen

avec
Dan Artus
Caroline Cano
Chloé Catrin
Mehdi Limam
Violette Garo-Brunel

Scénographie  Alice Duchange  Création costumes  Benjamin Moreau  Création sonore  Antoine Richard   Collaboration à la composition musicale  Teddy Gauliat-Pitois  Création lumière Jérémie Papin Création vidéo  Quentin Dumay 
Dramaturgie  Mariette Navarro  Collaboration artistique  Claire Calvi Suivi artistique   Julien Fišera 



Mon petit mot
Après le très intéressant :   ELLE BRULE Cie les Hommes Approximatifs / Mise en scène : Caroline Guiela Nguyen  de la même équipe en début de saison, j'étais curieuse de découvrir un nouvel aspect de cette compagnie avec Le chagrin... j'en sors un peu plus mitigée:

Je trouve tout aussi intéressant le parti pris de mettre en avant les petits riens du quotidien, ces silences, ces phrases non finies, ces discussions qui sous l'apparence de ne parler de rien , révèlent bien des sentiments.

Et autour du thème du deuil, chacun d'entre nous, hélas, peut se retrouver confronté à ses propres souvenirs, à ces heures autour de l'enterrement par exemple (et ce violent rappel à la réalité secoue, en dépit du décor-distance, le texte sonne si "vie quotidienne", qu'il nous touche de façon différente des textes de théâtre habituels).

Ce chagrin "initial" (la mort du père) renvoie à d'autres chagrins antérieurs (liés à la mort ou non, des renoncements, du racisme, des mauvaises blagues...) des différents personnages... mais aussi des nôtres.

Et pourtant, ou parce que (partie dans d'autres souvenirs dans mon siège), j'ai eu une phase de décrochage en milieu de spectacle, j'ai eu l'impression de me perdre dans le décor (ultra-chargé, comme autant d'autels, aux disparus, à l'enfance...), mais aussi dans la temporalité (on alterne entre présent et souvenirs, une multitude d'histoires se croisent, les petits (ou gros) riens de chacun qui reprennent le pas sur le deuil), et dans certains dialogues ou scènes muettes qui m'ont laissées cette fois à côté .

Bref, même si je suis moins séduite que par Elle brûle, il y a vraiment des pistes très intéressantes dans le travail de cette compagnie!

Dans le cadre du

6 commentaires:

  1. Intéressant en effet, les "réglements de compte" en famille éclatent souvent après un deuil.

    RépondreSupprimer
  2. C'est très vrai, en effet! j'en ai fait l'expérience! Et c'est d'autant plus dommage que le spectacle ne soit pas assez réussi pour t'accrocher jusqu'au bout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un peu frustrant! de bonnes idées mais un petit truc qui manque!

      Supprimer
  3. C'est dommage qu'il manque quelque chose, car c'est un sujet fort et intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le spectacle n'en est qu'à ses débuts, peut-être encore quelques réglages à trouver!

      Supprimer

Comments system