jeudi 26 février 2015

JEANNE LANVIN, ARPÈGES de Isabelle Mestre

Editions le Passage  5 mars 2015

Partie de rien, j’ai fait de mon nom une griffe, un symbole, un monde. Luxe et féminité. Mon nom est plus célèbre que moi. J’ai bâti un empire. On me dit ambitieuse. C’est le côté jour.
Côté nuit, je touche les étoffes comme des paysages, j’associe des couleurs, je raconte des histoires. Je réinvente des enfances. J’ai une fille, l’arpège et le totem, mais comment peupler l’intime des maisons que l’on rêve ?
Robes ou parfums, je fais un voyage immobile en habillant mon désir de la splendeur des années folles. Les théâtres aussi sont pour moi sources et liens avec le monde ; j’y transporte mes intérieurs. Je ne parle pas, car ma vie c’est mon nom et mon travail. Pas de mots sur les choses, rien que des légendes aux croquis des silhouettes que j’habille. Et moi, Jeanne, derrière, silencieuse. De la petite fille à la femme, les chambres restent voilées et les nuits solitaires.
À vous pourtant, à peine croisé un dimanche d’été lointain sur l’hippodrome de Longchamp, et qui ce matin marchez près de moi, à vous, je raconte.


Le début
Chez Madame Bonni, dès le premier jour, je sais que j’ai bien fait. J’ai 13ans. Je m’échappe de la maison, je ne vais plus les sentir sur moi, les petits frères dont je m’occupais parce qu’il y en avait toujours un plus petit, qu’il avait toujours fallu m’en occuper. Maman un jour me dit : «Si tu veux, travaille.» J’y suis. C’est au 3 de la rue du Faubourg Saint-Honoré. Je n’imagine pas que du 3 au 22, toute ma vie tiendra, en un fil de soie.
Madame Bonni est modiste; j’aime le geste qu’elles ont au magasin d’extraire le chapeau de sa boîte, de le présenter à la cliente, avec des mots amoureux. 

Mon petit mot
Un nom : Lanvin. Des robes, des chapeaux, des parfums, une réussite commerciale, le luxe... et au début de tout cela, une femme au destin remarquable que ce roman met en lumière.
Petite couturière partie de rien, arrivée au sommet...  quel destin!
Des chapeaux de poupée aux costumes de théâtre, de l'ombre à la lumière, aux coulisses plutôt, restant dans l'ombre, laissant la lumière à ses modèles et ses mannequins, c'est la vie privée de Jeanne Lanvin, sa fille, ses amours, sa famille, sa solitude, ses interrogations, qui sont au coeur du roman d'Isabelle Mestre, et qui composent un personnage complexe et passionnant
De Chantilly à Trouville, de Paris à Madrid, de son enfance à la fin de sa vie, des "fausses confidences" glissées à l'oreille du lecteur, qui croise ainsi Yvonne Printemps et Guitry, ou encore Jane Renouardt au fil des souvenirs égrenés...

L’actrice Jane Renouardt , habillée par Jeanne Lanvin


Un texte qui donne également envie de redécouvrir les créations de Jeanne Lanvin, et de se plonger dans son fameux bleu, puisé dans les fresques de Fra Angelico à Florence... 
Une exposition lui sera d'ailleurs bientôt consacrée à Paris , du 8 mars au 23 août 2015 au Palais Galliera, dans une rétrospective qui ne pourra que compléter la lecture de ce livre.

Jeanne Lanvin et sa fille, l'emblème de la maison:
 On peut déjà se plonger dans ce site pour "mettre en images" le texte : 

Bref, un personnage à découvrir!

Merci à la librairie Dialogues pour cette découverte
Dans le cadre du challenge rentrée d'hiver 2015


6 commentaires:

  1. J'ai en effet repéré l'expo qui débutera en mars !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette idée de livre. L'exposition au Palais Galliera est sublime et complète bien cette biographie de Jeanne Lanvin que je ne connaissais pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que les deux sont complémentaires!

      Supprimer

Comments system