mardi 24 février 2015

Dans son propre rôle Fanny Chiarello

janvier 2015
Une farandole silencieuse au clair de lune accueille Fennella pour son arrivée à Wannock Manor, cette vaste demeure aristocratique où elle débutera dès le lendemain matin, à six heures, comme domestique.
Pendant ce temps, Jeanette pleure rageusement sur le cadavre d'une mouche dans une suite du Grand Hôtel de Brighton, où elle est femme de chambre.
Deux scènes de la vie quotidienne, en Angleterre, en 1947. Deux existences que tout semble séparer, dans ce pays où les différences de classe sont encore un obstacle infranchissable entre les êtres.
Fennella a perdu la parole à la suite d'un traumatisme. Jeanette est une jeune veuve de guerre qui a perdu tout espoir dans la vie. Une lettre mal adressée et une passion commune pour l'opéra vont provoquer leur rencontre et bouleverser leurs destins.
Le cheminement intérieur de deux femmes en quête d'absolu et d'émancipation, c'est ce que raconte ce roman sombre comme le monde dans lequel elles semblent enfermées, et lumineux comme l'amour qui les pousse à s'en libérer.


Mon petit mot

J'avais bien aimé Une faiblesse de Carlotta Delmont Fanny Chiarello
de la même auteure et j'ai retrouvé avec plaisir le monde de l'opéra dans ce roman-ci.

L'Angleterre de1947. Un monde en changement?
L'après-guerre, ses veuves, ses bouleversements sociaux, des frémissements d'évolutions...
Le monde des domestiques d'un côté, l'enfermement des classes sociales... et des femmes bien décidées à sortir de cet enfermement.

Et puis il y a l'opéra, qui va aider ces deux jeunes femmes à se révéler et à réinventer leur vie... et c'est ce qui restera pour moi le point fort de ce texte.

On croise de vrais chanteurs, telle la contralto Kathleen Ferrier, on va Glyndebourne, on écoute Orfeo ed Euridice, et beaucoup d'autres références musicales, un monde sonore en contrepoint au mutisme de la Fenella de La Muette de Portici...  un bel univers !


Dans le cadre du challenge

4 commentaires:

  1. Je n'avais pas aimé Une faiblesse de Carlotta, alors j'hésite un peu ...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai aimé ce contexte de l'opéra mais surtout la finesse et la profondeur de l'analyse psychologique. Carlotta Delmont m'attend !

    RépondreSupprimer

Comments system