samedi 3 janvier 2015

Ce Sont Des Choses Qui Arrivent Pauline Dreyfus

Grasset & Fasquelle 20/08/2014
1945. Saint-Pierre-de-Chaillot, l'une des paroisses les plus huppées de Paris. Toute l'aristocratie, beaucoup de la politique et pas mal de l'art français se pressent pour enterrer la duchesse de Sorrente. Cette femme si élégante a traversé la guerre d'une bien étrange façon. Elle portait en elle un secret. Les gens du monde l'ont partagé en silence. « Ce sont des choses qui arrivent », a-t-on murmuré avec indulgence. 
Revoici donc la guerre, la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Natalie de Sorrente. A l'heure où la filiation décide du sort de tant d'êtres humains, comment cette femme frivole va-t-elle affronter la révélation de ses origines  'Les affaires de famille, ce sont des choses qu'on tait. La littérature, ce sont des choses qu'on raconte.
Dans ce roman où l'ironie est à la mesure du fracas des temps, Pauline Dreyfus révèle une partie du drame français.
Mon petit mot

La seconde guerre mondiale du côté de "la haute"... comment l' aristocratie va traverser cette période entre frivolités, politique de l'autruche, collaboration mondaine, retournements de veste en tout genre, culte du secret, pétainisme, navigant de la côte d'Azur à chez Maxim's, des premières au théâtre aux défilés de mode... bien loin du quotidien du reste de la population...

Un monde à part, avec ses codes que nous dévoile l'auteure entre ironie et Histoire...

Natalie de Sorrente va sombrer, dans la morphine, et sombrer tout court... une grossesse adultérine d'abord, puis la révélation qu'elle même est issue d'un adultère... avec un ( je ne dis rien pour ceux qui ne l'ont pas lu!)... de quoi entrouvrir les yeux...

Un roman qui met l'accent sur une page pas si souvent évoquée de cette période de l'histoire, l'attitude de ces aristocrates pour lesquels il est bien difficile d'éprouver la moindre sympathie . C'est ce que j'ai regretté dans ce roman, je suis restée un peu en dehors, pas vraiment touchée par ce personnage...

Une participation de plus au challenge rentrée littéraire


et au challenge seconde guerre mondiale qui a déménagé : chez chapitre-onze


8 commentaires:

  1. Tu ne débordes pas vraiment d'enthousiasme je trouve .... bon, je ne sais pas encore si je vais le lire celui là ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas un coup de coeur, il est impossible de s'attache aux personnages, mais c'est un bon moment de lecture et intéressant malgré tout!

      Supprimer
  2. On vient de me l'offrir et j'étais extrêmement tentée, je ne sais pas bien si tu es déçue ou juste indifférente. Mais on a beaucoup reprocher à ce livre de manquer de chaleur, donc c'est peut-être cela qui t'a dérangée. J'ai hâte de le lire (il était dans le dernier carré du Goncourt)
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je l'ai trouvé historiquement intéressant, mais moins "romanesquement" d'où cette impression mi-figue mi-raisin... bonne lecture à toi!

      Supprimer
  3. Je ne suis pas certaine que celui-ci me plairait...
    En tout cas, encore une fois, bienvenue dans le challenge sur la Seconde guerre mondiale :)

    (Je vois que tu t'es aussi inscrite au challenge 1% de la rentrée littéraire ! Tu es aussi une boulimique de challenges comme moi !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime bien les challenges, ça permet de découvrir des livres que je n'aurais pas forcément lu autrement, et parfois de belles surprises!

      Supprimer
  4. En lisant ton billet, on a le sentiment que tu n'as pas eu l'air franchement emballée... Il est vrai que les personnages n'attirent pas d'emblée la sympathie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la décantation lui a fait du bien, le souvenir laissé quelques mois après est plus positif! La globalité de l'histoire l'a emporté sur l'antipathie suscitée par les personnages!

      Supprimer

Comments system